Saulxures-sur-Moselotte

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saulxures et Moselotte (homonymie).

Saulxures-sur-Moselotte
Saulxures-sur-Moselotte
Village et lac de la Moselotte.
Blason de Saulxures-sur-Moselotte
Blason
Administration
PaysDrapeau de la France France
RégionGrand Est
DépartementVosges
ArrondissementÉpinal
CantonLa Bresse
IntercommunalitéHautes Vosges
Maire
Mandat
Denise Stappiglia
2014-2020
Code postal88290
Code commune88447
Démographie
GentiléSaulxurons
Population
municipale
2 691 hab. (2015 en diminution de 2,07 % par rapport à 2010)
Densité84 hab./km2
Géographie
47° 57′ 00″ nord, 6° 46′ 11″ est
Altitude464 m
Min. 430 m
Max. 1 005 m
Superficie31,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Saulxures-sur-Moselotte

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Saulxures-sur-Moselotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulxures-sur-Moselotte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulxures-sur-Moselotte
Liens
Site websaulxures-sur-moselotte.fr

Saulxures-sur-Moselotte [sosyːʁsyʁmozəlɔt][1] est une commune du nord-est de la France, dans le département des Vosges, ancien chef-lieu d'un canton de l'arrondissement d'Épinal. C'est l'une des villes-centres de l'unité urbaine de La Bresse. Elle fait partie de la Communauté de communes des Hautes Vosges.

Ses habitants sont appelés les Saulxurons.

Géographie

Localisation

Située dans la vallée de la Moselotte[2], à 20 km de Remiremont, 12 km de La Bresse et 40 km de Thann.

Saulxures fait partie de l'aire urbaine de La Bresse et de la communauté de communes des Hautes Vosges. En aval du Centre, au lieudit les Amias, une retenue de 9,6 hectares a été aménagée en 1998 sous le nom de lac de la Moselotte et s'entoure d'une base de loisirs et de nature.

Saulxures-sur-Moselotte est une des 198 communes composant le parc naturel régional des Ballons des Vosges[3],[4].

Voies de communications et transports

Voies de circulation

Les voies de communication directe avec les vallées voisines sont peu pratiques, comme le col de Morbieux (791 m) vers Ramonchamp au sud, ou ceux de la Burotte (791 m) et du Haut des Hayes (885 m) au nord. Le point culminant est le Haut du Roc, à 1 005 m, éminence partagée avec la commune de Basse-sur-le-Rupt où elle atteint 1 014 m. Le centre de la commune profite d'un endroit où la vallée de la Moselotte s'élargit, la rivière[5] s'y écoulant entre 493 et 430 m.

Sur un parcours de 53 km, la voie verte des Hautes-Vosges traverse la commune en utilisant l'emprise de l'ancienne voie ferrée de la ligne de Remiremont à Cornimont.

Transports en commun

Des lignes d'autocar régulières desservent l'ensemble des villages de la vallée[6],[7].

La gare SNCF la plus proche est la Gare de Remiremont.

L'aéroport le plus proche est l'Aéroport international de Bâle-Mulhouse-Fribourg.

Géologie et relief

Le point culminant (1 005 m) de la commune est proche du sommet du Haut du Roc (1 012 m).

En 1867, la commune comptait 18 hameaux et deux écarts[8]. L'habitat est très dispersé, avec les hameaux des Longènes et de la Médelle en amont, des Amias et des Graviers en aval. De plus, les adrets ont vu l'installation de fermes de quelques hectares, notamment au Rupt de Bâmont et aux Tayeux. Certaines ont été transformées depuis en résidences secondaires. L'ubac est majoritairement boisé (forêt du Géhan), mais un élevage de bovins perdure à l'Envers des Graviers.

Sismicité

La commune est classée en zone de sismicité modérée[9],[10].

Hydrographie et les eaux souterraines

La commune dispose pour son alimentation en eau de 17 sources captées dénommées "Morbieux" et d'un puits communal alluvial[11].

La commune est traversée par :

  • La Moselotte traverse la commune et s'écoule d'Est en Ouest.
  • les ruisseaux de Ségey, du Géhant, de Morbieux, le Rupt de Bâmont[12],[13], des Amia et de Grettery.

À l'entrée aval de Saulxures-sur-Moselotte, une retenue de 9,6 hectares a été aménagée en 1998 sous le nom de lac de la Moselotte et s'entoure d'une base de loisirs.

Climat

Relevé météorologique de Saulxures-sur-Moselotte
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)−1−223811131310620
Température moyenne (°C)22,5791418191915,5115,5310,5
Température maximale moyenne (°C)57121520252525211696
Source : Le climat à Saulxures-sur-Moselotte (en °C, moyennes mensuelles) Météo MSN [1]


Toponymie

La commune pourrait tirer son nom des nombreux saules qui bordaient la rivière, d'autant que son blason est orné d'une branche de saule.

Cependant, la plupart des ouvrages spécialisés y voient un lieu lié à l'extraction ou au commerce du sel (ancien français sausseure = saumure)[14],[15].

Histoire

Le chemin monastique et les premières colonies

Inhabitée avant le VIIe siècle, la haute vallée de la Moselotte fut d'abord empruntée au Moyen Âge pour relier les monastères de Remiremont et de Munster. Petit à petit, des colonies se fixèrent sur ce trajet. Le lieudit Bois des Dames rappelle les promenades des chanoinesses de Remiremont.

La première trace écrite de la commune remonte à 910, elle est consignée dans une note desdites chanoinesses[16]. Après avoir fait partie du ban de Vagney, la paroisse de Saulxures voit le jour en 1345[17].

La tradition des Kyriolés

Jusqu’à la Révolution, tous les lundis de Pentecôte, huit paroisses dépendant du chapitre (Dommartin-lès-Remiremont, Ramonchamp, Rupt-sur-Moselle, Saint-Amé, Saint-Nabord, Saint-Étienne, Saulxures-sur-Moselotte et Vagney) envoyaient des jeunes filles qui se présentaient à l’église de Remiremont et y entonnaient des cantiques en français appelés kyriolés[18],[19].

Révolution française

À la Révolution, en 1790, Saulxures fut placée dans le canton de Cornimont et le district de Remiremont. Par arrêté consulaire du 26 ventôse an XI, le chef-lieu du canton fut transféré à Saulxures. Jadis Saussures en Vosges, la commune prit son nom actuel en 1867.

La Moselotte, vallée industrielle

L’abondance d’une eau pure, propice au blanchiment des écrus a permis au XVIIIe siècle et surtout fin XIXe siècle, l’implantation des premiers ateliers de filature et tissage. Les filature et tissages, les plus anciennes usines textiles du département, ont été fondées à Saulxures-sur-Moselotte, en 1825, par Jean-Thiébaut Géhin.

Si la filière textile de la région s’est orientée vers le haut de gamme et notamment par des productions de linge de maison en damassé[20] et tissus d’ameublement fabriqués par des grandes marques[21], la spécialiste du tissu écru, FTS, labellisée Vosges Terre Textile[22] s’est, elle, tournée vers la production de tissus techniques, destinés notamment à l’industrie automobile en exportant plus de 90 % de sa production vers l’Allemagne[23].

Politique et administration

La mairie de Saulxures.

Jusqu'en 2015, le canton de Saulxures-sur-Moselotte regroupait dix communes d'une population totale - en 2009 - de 19 228 habitants[24] : Basse-sur-le-Rupt, La Bresse, Cornimont, Gerbamont, Rochesson, Sapois, Saulxures-sur-Moselotte, Thiéfosse, Vagney et Ventron. Depuis, il a été intégré dans le canton de La Bresse.

Tendances politiques et résultats

Entre 1965 et 1995, aucun maire sortant n'a été réélu.

Liste des maires

Liste des maires successifs
PériodeIdentitéÉtiquetteQualité
Les données manquantes sont à compléter.
  Prix Claudel  
  Jean-Jacques Lambert  
  Auguste Géhin (1833-1868) Manufacturier, conseiller général
  Louis Antoine  
1870mai 1875Nicolas Claude[25]Centre gaucheDirecteur de filature, député (1871-1876)
mai 1875 Jean-Joseph Géhin Industriel textile
  Charles Velin Industriel textile
 avril 1916Jules Grosjean Décédé en cours de mandat
 1947Fernand Boullangier (1880-1947) Pharmacien
 mars 1965Pierre Boulard  
mars 1965mars 1971Gaston Belperain (1901-?) Directeur commercial
mars 1971mars 1977Jean-Paul Meunier Chef d'entreprise
mars 1977mars 1983Michel Ségard Chef d'entreprise
mars 1983mars 1989Pierre Hautenauve Directeur d'agence à l'ANPE
mars 1989mars 2001Angel Alvarez (1941-2010) Instituteur
mars 2001mars 2014Marie-Thérèse Berranger (1935-2018) Retraitée, directrice de maison familiale
mars 2014en coursDenise StappigliaUDIRetraitée de La Poste

Jumelages

Budget de la commune et fiscalité locale 2016

Les comptes 2006 à 2016 de la commune s’établissent comme suit[26], [27] :

Évolution financière en milliers d'euros.
Postes20062007200820092010201120122013201420152016
Produits de fonctionnement2 814 €2 769 €2 963 €2 896 €3 028 €3 225 €3 256 €3 251 €3 246 €3 639 €3 291 €
Charges de fonctionnement1 822 €1 864 €2 102 €2 168 €2 129 €2 262 €2 202 €2 365 €2 325 €2 730 €2 677 €
Ressources d’investissement1 716 €1 964 €1 666 €2 324 €2 093 €2 341 €2 092 €1 952 €1 835 €1 736 €1 396 €
Emplois d’investissement1 390 €2 406 €1 490 €2 670 €2 448 €2 722 €1 911 €1 154 €2 020 €1 312 €1 057 €
Dette2 104 €1 841 €1 996 €1 795 €1 915 €2 125 €2 258 €2 162 €2 446 €2 156 €1 867 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[28].
Éléments de fiscalité locale 2016
Postesen milliers d’eurosen euros par habitantMoyenne de la strate
Taxe d’habitation (y compris THLV) : taux voté : 19,69 %489 €171 €226 €
Taxe foncière sur les propriétés bâties : taux voté : 14,96 %362 €126 €177 €
Taxe foncière sur les propriétés non bâties : taux voté : 28,05 %23 €8 €15 €
Taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : taux voté : 38,75 %2 €1 €2 €
Cotisation foncière des entreprises : taux voté : 20,44 %179 €63 €74 €
Source : Ministère de l’Économie et des Finances[29]:

Montant total des dettes dues par la commune : 1 867 000  pour 2 863 habitants, soit 652  par habitant.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 18 313 [30].

Économie

Office de tourisme intercommunal de la Communauté de communes des Hautes Vosges.
Gîte des Récés du Club vosgien.
Scierie Germain-Mougenot : Idées bois.

Entreprises et commerces

Longtemps vouée à l'agriculture vivrière, à l'industrie du bois et du granit, Saulxures connut une forte expansion à la fin du XIXe siècle grâce l'implantation d'usines textiles. Plusieurs vagues d'immigration ont soutenu cette évolution, alsacienne après la défaite de 1871, italienne au début du XXe siècle, portugaise dans les années 1960. La crise du textile valut à Saulxures de perdre son hégémonie locale au bénéfice de La Bresse.

Agriculture

  • Produits fermiers,
  • Miel de montagne.

Tourisme

Commerces et artisanat

  • Scierie Germain-Mougenot[33]. Le Président de la République Emmanuel Macron s'est rendu sur le site de la scierie le 18 avril 2018[34], la plus importante de la Lorraine, et aussi l'une des 10 plus grosses scieries de France[35],
  • Commerces de proximité : Boucheries, Boulangeries-pâtisseries, Journaux,
  • Services couture et broderie, salons coiffure,
  • Garage, station service,...

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la populationeffectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, lespopulations légalesdes communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais surune collecte d'information annuelle, concernant successivement tousles territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population estréalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées parinterpolation ou extrapolation[36]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[37].

En 2015, la commune comptait 2 691 habitants[Note 1], en diminution de 2,07 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
179318001806182118311836184118461856
1 9312 0202 1282 0682 5032 6063 0943 5814 110
186118661872187618811886189118961901
4 0243 7443 7573 6353 4393 4603 2943 4203 507
190619111921192619311936194619541962
4 0554 1033 7733 9723 9053 8533 6483 8903 887
196819751982199019992006200720082013
3 9283 7943 4233 2113 0702 8642 8302 7962 721
2015--------
2 691--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges à Saulxures-sur-Moselotte en 1999[40] en pourcentage.
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
Avant 1924
1,4 
3,1 
1905-1924
6,3 
8,8 
1925–1939
9,8 
8,8 
1940-1954
8,7 
10,0 
1955-1969
10,1 
9,0 
1970-1984
6,9 
9,0 
1985-1999
7,8 

Santé

La commune dispose d'un réseau de professionnels de santé assez complet :

  • Trois infirmières,
  • Un cabinet d'ostéopathe,
  • Un chirurgien dentiste,
  • Deux kinésithérapeutes,
  • Un pédicure podologue,
  • Deux médecins,
  • Une pharmacie.

La résidence « Les Saules » est par ailleurs un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes[41].

Enseignement

  • École maternelle Arc-en-Ciel[42].
  • École primaire Jules-Ferry, utilisant les locaux de l'ancien CEG[43].
  • Le lycée professionnel régional, orienté prioritairement vers les métiers du bois, ouvert en 1977[44].
  • La maison familiale rurale de Basinroche.
  • École intercommunale de musique, théâtre des deux vallées[45]

Anciens établissements

  • Une école pratique d'agriculture et de laiterie fut créée en 1885. Elle ferma ses portes en 1905, transférée à Rouceux, ancienne commune du département absorbée depuis par Neufchâteau[46].
  • De nombreuses autres écoles primaires existaient naguère dans les hameaux, elles ont fermé devant le manque d'élèves, successivement à Baudimont, aux Tayeux, au Rupt-de-Bâmont, aux Longènes et la dernière en 1990 aux Graviers.
  • Le collège Le Géhan, du nom du massif forestier voisin, jusqu'en juin 2013. Depuis septembre 2013, les élèves rejoignent le collège Hubert-Curien de Cornimont.

Cultes

Culte catholique à l'église Saint-Prix[47].

Monsieur l'Abbé Jean Belambo, curé de la Paroisse dessert les communes de Saulxures-sur-Moselotte, Thiéfosse et le Ban de Vagney (Vagney, Rochesson, Planois)[48].

Manifestations culturelles et festivités

  • Feux d'artifice sur le lac à la mi-juillet.
  • Foire de la vache de race vosgienne fin juillet.
  • Confrérie de la Framboise Saulxuronne[49] : chapitre annuel le quatrième dimanche de juillet.
  • Course des Chamois, épreuve de course à pied en montée.
  • Championnats de pêche à la mouche.
  • Montée de l'Envers-des-Graviers en motos anciennes (dernier dimanche d'août).

Réseau associatif sur la commune

Les habitants bénéficient d'un réseau associatif très actif avec 36 associations[50] couvrant les domaines culturels, sportifs, patrimoniaux[51] : * Association pour la promotion de la culture; * Société des fêtes Saulxures-sur-Moselotte; Orchestre de rue Saulxuron Sol'Sur Party'Song; * Association VTT Loisirs nature; * Football-club; * Tennis-club; * Judo-club...

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Patrimoine civil

Article détaillé : Château de Saulxures.
  • Château, surnommé le Versailles vosgien, construit entre 1854 et 1861 et aujourd'hui en partie ruiné. Les façades, toitures et dépendances du château sont inscrites sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, par arrêté du 21 décembre 1984[53].
  • Maison de la Forêt et du Bois des Vosges[54],[55]. Cette ancienne scierie équipée d'un haut-fer (scie verticale) est installée sur le site hydraulique du Rupt-de-Bâmont[56],[57]. Le musée présente par ailleurs les différents métiers de la forêt et de la transformation du bois (bûcheron, débardeur, scieur, tourneur, tonnelier, sabotier,...)[58]
  • Bosquet de la Fraternité : ce monolithe érigé en 1989 au bord de l'étang des Fées à l'occasion du bicentenaire de la Révolution française et entouré d'arbres d'essences diverses, symbolise la fédération des communes des vallées vosgiennes (Haute Moselle, Moselotte et Cleurie) autour des valeurs républicaines.

Patrimoine religieux

  • Église Saint-Prix. Cette nouvelle église a été inaugurée le 26 juillet 1883, fête de la Sainte-Anne[59],[60],[61].
    • L’orgue de l’église Saint-Prix, offert par madame Géhin, membre d’une famille d’industriels de Saulxures-sur-Moselotte, construit en 1869[62],[63],[64],[65].
    • Les vitraux de 44 baies de l'église paroissiale, conçus par Henri Gaillemin architecte, ont été réalisés par Les Ateliers Loire entre 1952-1953[66].
  • Chapelle Notre-Dame-du-Roc, au Rupt-de-Bâmont, érigée en 1953, aujourd'hui transformée en gîte[67].
  • Monument aux morts[68].
  • Plaque commémorative du 7e R.T.A[69].
  • Les 27 croix de chemin sur la commune[70].

Espaces naturels

  • Arboretum réalisé par l'association du patrimoine et la commune à proximité du musée du bois. Labyrinthe arboré avec 80 plants prélevés sur le territoire communal (46 essences : 14 arbres résineux, 22 arbres feuillus et 10 arbustes).
  • Forêts et étangs du Bambois, site de 94 ha labellisé Natura 2000[71].
  • Étang des Fées[72] d'une surface d'un hectare, lac de la Moselotte et nombreux ruisseaux : lieux de pêche très diversifiés.
Article détaillé : Lac de la Moselotte.

Ville fleurie : une fleur attribuée par le conseil national des Villes et Villages Fleuris de France au concours des villes et villages fleuris.

Personnalités liées à la commune

  • Jean-Thiébaut Géhin (1796-1843), cet industriel a créé en 1825 à Saulxures-sur-Moselotte la première filature mécanique à moteur hydraulique de l'ancien arrondissement de Remiremont. Jean-Thiébaut Géhin puis sa veuve firent construire, au total, deux filatures et deux tissages à Saulxures. Il était considéré comme l'un des industriels ayant le plus contribué, en France, par la beauté de sa toile qu'il faisait fabriquer, à donner une bonne réputation aux calicots des Vosges, déjà avantageusement connus dans le commerce. Il fut également maire de Saulxures-sur-Moselotte et conseiller général du canton durant ses douze dernières années.
  • Élisabeth Géhin (1796-1878), née Mathieu, veuve du précédent. Elle administra l'important groupe textile hérité de son mari. Elle fit édifier de 1854 à 1861 un château de style Louis XV. Elle consacra deux millions de francs de l'époque pour faire bâtir et meubler ce palais de granit et de marbre, malheureusement réduit à l'abandon depuis 1972. À sa mort, elle légua à la commune 150 000 F à la création d'un hôpital et 200 000 F à la reconstruction de l'église paroissiale. Deux des vitraux dans le chœur de l'église représentent les deux fils d’Élisabeth Géhin : Ernest et Auguste, traduits en Ernestus et Augustus[73].
  • Auguste Géhin (1833-1868), fils des précédents. Manufacturier, il fut conseiller général de 1861 à 1864.
  • Nicolas Claude (1821-1888), député puis sénateur des Vosges, né à Celles-sur-Plaine (Vosges). Directeur puis propriétaire de la filature locale, il était maire de Saulxures lors de l'invasion allemande en 1870. En 1877, il épouse une nièce de Jean-Thiébaut Géhin.
Yvonne de Komornicka.
  • Louis Colin (1847-1930), journaliste et écrivain, né à Saulxures-sur-Moselotte[74].
  • Henri Claudel (1884-1971), industriel fromager dans la Manche[75]
  • Yvonne de Komornicka, alias Kléber (1898-1994), chef du réseau Combat du département de Vaucluse, née à Saulxures-sur-Moselotte
  • Marcel Albiser (1899-2003), chanoine, né à Saulxures-sur-Moselotte le 10 avril 1899[76],[77].
  • Marie-Louise Mathieu, née Didierlaurent à Rochesson en 1925, décorée de la Légion d'honneur, le 6 mai 2015 par le Préfet des Vosges, pour son parcours de résistante dans les Forces françaises de l'intérieur (FFI)[78].
  • Pierre Creusot, artiste aquarelliste, né à Saulxures-sur-Moselotte le 8 février 1939, et qui a vécu de nombreuses années au Tholy[79].
  • Jean-Marie Cavada, né en 1940 à Épinal, ancien journaliste et homme politique français, fut élevé par une famille saulxuronne et fréquenta l'école des Graviers[80].
  • Joseph Viola, né à Cornimont en 1965, meilleur ouvrier de France, restaurateur à Lyon.
  • Gervaise Pierson, née en 1986 à Neufchâteau, handballeuse.

Héraldique

BlasonBlasonnement :
D'or à la roue de moulin de gueules et au rameau de saule de sinople au chef d'azur à six losanges d'argent à la bande de gueules chargée de trois champignons d'argent brochant sur le tout.
Commentaires : La roue de moulin rappelle l'usage traditionnel intensif de l'énergie hydraulique[81], le rameau de saule serait associé à une tradition religieuse[82], les losanges d'argent se réfèrent à l'industrie du granit et les trois champignons soulignent l'importance de la forêt en reprenant la disposition des trois alérions du blason lorrain.

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 104.
  2. Liste des masses d'eau superficielles et des masses d'eau souterraine sur la commune.
  3. Office de tourisme de Saulxures-sur-Moselotte et Thiéfosse.
  4. Liste des 198 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024.
  5. La Moselotte
  6. de Remiremont : Pour vous déplacer
  7. La ligne 03 Épinal-Remiremont-La bresse
  8. Généalogie et histoires lorraines : Saulxures-sur-Moselotte en 1867
  9. Liste des communes couvertes par un PPR ou classées en zone sismique
  10. Didacticiel de la règlementation parasismique
  11. Alimentation en eau de consommation humaine. Enquêtes conjointes d'utilité publique et parcellaire, portant sur Les sources "Morbieux", Le puits communal, Les ouvrages annexes, dU 23 OCTOBRE AU 07 NOVEMBRE 2015 inclus.
  12. Lieu-dit Rupt de Bâmont
  13. Le Rupt de Bâmont
  14. Dictionnaire topographique du département des Vosges : pages 4-9-14-17-28-35-37-47-48-52-54-55-61 (Culte des saints : S. Prix)-64-70-75-78-120-157-234-237-250-251-256-264-269-271-294-296-297 (Sassures, Saulsure)-298 (Saulxure, Saussure en Vôges, Saussures, Sauxueres, Sauxuriis, Sauxurres, Sauzuriis)-299 (Saxures, Saxuriis)
  15. Dictionnaire topographique de la France : Saulxures-sur-Moselotte
  16. Archives du chapitre de Remiremont
  17. Archives communales de Cornimont (1578-1959)
  18. J. J. Bammert, prix Erckmann-Chatrian, Les Nobles Dames de Remiremont, 620-1791, L’histoire du Chapitre des Nobles Dames de Remiremont, Remiremont, Imprimerie Lalloz-Perrin, Remiremont,
    dépôt légal n°28 ; Publication en 20 brochures, chacune contenant un chapitre : Chapitre 15 (10 pages) : Les kyriolés : En 1049, Ode I de Luxembourg étant abbesse, furent institués les Kyrioletzs ou Criaulés, dans les domaines de l’abbaye de Remiremont
  19. Nicole Lemaître, Montagnes sacrées d’Europe. Actes du colloque « Religions et montagnes », Tarbes, , 427 p. (ISBN 2-85944-516-1)
    Actes du colloque "Religion et montagnes", Tarbes, 30 mai-2 juin 2002 / textes réunis et publiés par Serge Brunet, Dominique Julia et Nicole Lemaitre. Les rites des fêtes de saint Amé et de saint Romaric. pp. 114 à 119 : Les Kyriolés (qui sont des cantiques chantés à l'église de Mesdames de Remiremont, op. cité). Dans chaque cantique, saint Romaric est présent. Ainsi, les huit paroisses demandaient au patron de la ville d’entrer dans Remiremont. Vagney invoquait et demandait au saint de lui ouvrir ses portes en ces termes :
    • Criaulé, ô bienheureux saint Romary
    • Criaulé, nous vous demandons vos portes ouvrir
    • C’est saint Lambert qui veut entrer par sa bonté
    • Et tous ceux qui sont après et prient Dieu.

    Les représentants de la commune de Saint-Nabord] se présentaient et entonnaient :

    • Criaulé saint Pierre et saint Romary
    • Priez pour ceux qui sont ici
    • À Saint-Nabord donnez l’entrée, ô criaulé, ô criaulé
    • En Jésus-Christ, oyez nos vœux
    • Et tous les saints, et toutes les saintes, oyez nos vœux
  20. Le damassé ou damas
  21. Saulxures-sur-Moselotte & Thiéfosse Hautes-Vosges, Guide découverte
  22. Liste des producteurs agréés Vosges terre textile
  23. Saulxures-sur-Moselotte – Les Filatures et Tissages ont changé de patron Nader : De Sain, directeur de l'entreprise, a succédé à l'emblématique PDG François Vandamme
  24. Page de données INSEE
  25. Bernard Blot, Président de l’association des amis du château Géhin, L’association des Amis du château Géhin, Nicolas Claude, un Saulxuron resté célèbre
    Bulletin municipal Saulxures-sur-Moselotte n°47, février 2013, p.15
  26. Les Comptes des Communes, Analyse des équilibres financiers fondamentaux Les comptes des communes, Chiffres Clés - Fonctionnement - Investissement - Fiscalité - Autofinancement – Endettement : La Commune de Saulxures-sur-Moselotte
  27. Saulxures-sur-Moselotte: la dette en 2016
  28. Les comptes détaillés de la commune sur la base Alize du ministère des Finances.
  29. Les comptes individuels des communes et des groupements à fiscalité propre (année 2016)
  30. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  31. Saulxures infos
  32. Saulxures-sur-Moselotte & Thiéfosse Hautes-Vosges, Guide découverte
  33. Scierie Germain-Mougenot : Idées bois
  34. Saulxures-sur-Moselotte – Pourquoi Emmanuel Macron a visité la scierie Germain-Mougenot
  35. Le président Macron valorise la filière bois en visitant la scierie Germain Mougenot
  36. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  37. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  40. « Recensement 1999 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de l'INSEE
  41. La résidence « Les Saules » est un établissement public autonome
  42. École maternelle publique Arc -en-ciel
  43. École élémentaire publique Jules-Ferry
  44. Section d'Enseignement Professionnel (S.E.P.) du Lycée des métiers de la filière Bois André Malraux, C.F.A. de la Transformation du Bois
  45. École intercommunale de musique, théâtre des deux vallées
  46. Délibération du conseil général, août 1905, page 549.
  47. Église Catholique de la Paroisse Sainte-Croix-du-Haut-du-Roc, relevant du diocèse de Saint-Dié
  48. Bulletin de la paroisse du Haut-du-Roc
  49. Site de la Fédération régionale des confréries du Grand-Est
  50. Annuaire des associations
  51. Association pour la protection et la restauration du patrimoine
  52. Patrimoines industriels et techniques, Lieux de visite dans le Parc naturel régional des Ballons des Vosges : Haut-fer du Rupt-de-Bâmont]
  53. (fr) : Régions, Architecture, Mobilier, Images, Vocabulaires, Collections, Bibliographie, Accès géographiques, Ethnologie, dans les Bases Mérimée, Palissy, Mémoire, ArchiDoc, Commune de Saulxures-sur-Moselotte
  54. Quelques références historiques rappelées dans le musée :
    •  : bail emphytéotique accordé à Joseph Maurice, meunier à Bâmont
    •  : vente du moulin par Nicolas Joseph François de Gellenoncourt, Chevalier et baron de Darnieulles, à Joseph Maurice
    •  : l’inspecteur des eaux et forêts de Remiremont autorise Jean Nicolas Bastien à transformer le moulin en scierie
    • Les familles Laurent, Laheurte, Pierrat et Claude en deviennent tour à tour propriétaires
    • 1944 : la scierie est incendiée, puis reconstruite
    •  : fin de l’activité. Le dernier sagard Vincent Viola vend la scierie à la SCI « Les chalets »
    • 1994 : la scierie devient site patrimoine et accueille ses premiers visiteurs
    • 1996 : les élèves du Lycée Professionnel de la Haute Moselotte restaurent la roue. Le lycée sera labellisé "Lycée des métiers de la filière Bois et de la Productique Mécanique, C.F.A. de la Transformation du Bois"
  55. Scierie hydraulique à cadre du Rupt-de-Bâmont, illustrations de la base "Mémoire"
  56. Caractéristiques de quelques sources thermales secondaires des Vosges : Source de Rehaingoutte à Saulxures-sur-Moselotte, pp. 4 et 5
  57. Tout sur... Le réseau force hydraulique, PNRBV, septembre 2008
  58. Ouverture :
    • Saison estivale : du 1er juillet au 31 août tous les jours sauf le samedi : du 14 juillet au 19 août, ouvert le matin de 10 h 30 à 12 h 30 et l'après midi de 14 hà 18 h. Du 1er au 13 juillet et du 20 au 31 août, ouvert uniquement l'après midi de 14 hà 18 h.
    • Hors saison : des vacances de février aux vacances de Toussaint incluses, chaque vendredi de 14 h à 18 h.
  59. L'appel au mécénat populaire, lancé par la Fondation du patrimoine a permis de collecter 37 996,00 €.
  60. L'église de Saulxures-sur-Moselotte (vidéo)
  61. Eglise Sainte Croix du Haut du Roc
  62. Source : Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, (ISBN 2-87692-093-X)
    Présentation de l’orgue de l’église saint-Prix à Saulxures-sur-Moselotte, Pages 574 à 576
  63. (fr) Orgue église Saint Prix de Saulxures-sur-Moselotte de Jaquot-Jeanpierre (1869) - Jaquot-Jeanpierre & Cie (1883) - Gonzalez (1982)
  64. Orgue de l’église saint Prix
  65. Le soutien de la Fondation du patrimoine à la restauration de l'orgue
  66. Les Ateliers Loire, Références : Inventaire complet des vitraux de Gabriel Loire par pays, France (Vosges) : Saulxures-sur-Moselotte, Eglise paroissiale.
  67. Logis Notre Dame et Lorrain
  68. Monument aux morts, Synthèse des morts pour la France
  69. .Plaque commémorative du 7e R.T.A.
  70. Les croix sur la commune
  71. Zone spéciale de Conservation « Forêts et étangs du bambois »
  72. L'étang des Fées
  73. Bulletin municipal no 45, février 2012, article des "Amis du château Géhin", page 33
  74. Biographie vosgienne : Louis Colin, né à Saulxures-sur-Moselotte, sur le site personnel de Bernard Visse
  75. (fr) Histoire de la Maison Claudel
  76. Le chanoine Marcel Albiser, sur le site personnel de Bernard Visse
  77. Publications de Marcel Albiser
  78. Saulxures-sur-Moselotte – La Légion d’Honneur pour Marie-Louise Didierlaurent, une Résistante exemplaire. 440 jours de présence dans la Résistance reconnus.
  79. Pierre Creusot, membre de l'Académie "Art Sciences et Lettres" à Paris
  80. Jean-Marie Toussaint, 100 portraits d’hommes et de femmes qui réussissent en dehors des Vosges, Strasbourg, Les cahiers de la Liberté de l’est. Une réalisation des Editions La Nuée Bleue, , 144 p. (ISBN 978-2-7165-0701-1)
    La longue marche de Jean-Marie Cavada, né le 24 février 1940 à Épinal et qui a grandi à Saulxures-sur-Moselotte jusqu’en 1954 puis a rejoint le lycée de Saint-Dié (pp.16 à 21)
  81. Union des Cercles Généalogiques Lorrains
  82. Le lundi de pentecôte, les Saulxurons étaient obligés d'aller à la procession à Remiremont en portant des branches de saules, d'où le rameau sur fond d'or, "de sinople" signifiant de couleur verte. Source : Le Blason de Saulxures-sur-Moselotte, Guide touristique & pratique Saulxures-sur-Moselotte, l'inattendu, édition 2017, p.25