Madère
English: Madeira

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Madère (homonymie) et Madeira (homonymie).
Cet article traite de l'archipel et région portugaise de Madère. Pour l'île principale, voir Île de Madère.

Région autonome de Madère

Região Autónoma da Madeira (pt)

Blason de Région autonome de Madère
Armoiries
Drapeau de Région autonome de Madère
Drapeau
Administration
PaysDrapeau du Portugal Portugal
Statut politiqueRégion autonome
CapitaleFunchal
Gouvernement
- Représentant de la République
- Président du gouvernement régional

Ireneu Cabral Barreto

Miguel Albuquerque
Démographie
GentiléMadérois
Madérien
Population260 133 hab. (2014)
Densité325 hab./km2
Langue(s)Portugais
PIB (2014)
 · PIB/hab.
4,8 milliards d'euros
18 775
Géographie
32° 45′ 00″ nord, 17° 00′ 00″ ouest
Superficie801 km2
Divers
MonnaieEuro
Fuseau horaireUTC (WET)

Heure d'été: UTC +1 (WEST)

Domaine internet.pt
Indicatif téléphonique+(351)291
DeviseDas Ilhas, as mais belas e livres[1]

Madère (en portugais : Madeira) est un archipel du Portugal composé de l'île du même nom et de plusieurs autres petites îles, situé dans l'océan Atlantique, à 973 km de Lisbonne et à 640 km au nord-ouest du cap Juby, dans la province de Tarfaya au Maroc. Il constitue une région autonome sous le nom de région autonome de Madère (en portugais : Região Autónoma da Madeira) dont Funchal : la capitale. L'archipel de Madère est constitué de paysages remarquables qui en font une destination de renommée pour la randonnée pédestre. Il fait partie de la plaque africaine.

L’île principale de Madère, d’une superficie de 750 km2, est d’origine volcanique et a la particularité d’être très verdoyante par rapport à d’autres îles volcaniques. La dernière éruption volcanique date de 6 000 ou 7 000 ans[2].

Géographie

Carte décrite ci-après
Carte topographique de l'archipel de Madère sans les îles Selvagens.

Baigné par l'océan Atlantique, l'archipel de Madère, qui fait partie de la Macaronésie, comprend :

Les îles Selvagens (4 km2) font partie de la région autonome de Madère :

Funchal, la capitale de la région autonome, est distante de 647 km du continent africain, 973 km de Lisbonne, 520 km de Grande Canarie aux îles Canaries et 891 km de Vila do Porto, à Santa Maria, l'île la plus proche des Açores.

Climat

Statue du Christ-Roi de Garajau.

L'archipel de Madère est situé en zone subtropicale : le climat de l'île est océanique subtropical, très doux toute l'année, avec une amplitude thermique annuelle faible (19 °C l'hiver, 26 °C l'été à Funchal l'après-midi) car les températures sont toujours tempérées par l'océan, dont la température varie entre 17 °C l'hiver et 22 °C l'été. De grandes différences climatiques sont constatées dans l'archipel et le temps peut changer rapidement.

Les jours de forte chaleur sont rares même en été, grâce à la brise océane, et la température descend rarement au-dessous de 10 °C l'hiver. Le vent souffle d'ouest à nord-ouest en hiver (circulation tempérée) et de nord-est en été (alizés). D'où un contraste saisissant entre une partie nord souvent brumeuse et très arrosée et une partie sud plus sèche et plus ensoleillée, surtout en été. Il fait très rarement plus de 26 °C en été, du fait de l'influence de l'océan Atlantique.

Les précipitations varient de 500 mm au sud-est de l'île principale à plus de 2 000 mm sur la côte nord. Le brouillard recouvre très souvent les sommets par l'effet de foehn, engendrant une température plus fraîche que sur la côte. Les précipitations tombent essentiellement d'octobre à mars (régime océanique) et la sécheresse sévit de mai à septembre (anticyclone des Açores), bien que des averses peuvent aussi survenir en été.

Pour profiter des précipitations régulières du nord et de l'ensoleillement du sud de l'île principale, les Madériens ont construit un vaste réseau de canaux sinuant le long des courbes de niveau (levadas), réseau qui parcourt toute l'île principale.

Moins montagneuses, les autres petites iles retiennent moins les précipitations. Ainsi, l'ile de Porto Santo ne recueille que 362 mm de pluies par an, ce qui rend son climat pratiquement semi-aride. Il y a par contre peu de différences sur l'ensoleillement avec 2 241 h de soleil par an à Porto Santo contre 2165 à Funchal[3].

Relevé météorologique de Funchal (altitude : 58 m, période: 1961-1990)
Moisjan.fév.marsavrilmaijuinjui.aoûtsep.oct.nov.déc.année
Température minimale moyenne (°C)13,112,81313,414,616,51818,918,917,615,613,915,5
Température maximale moyenne (°C)19,119,119,519,620,922,324,325,625,724,2222021,9
Ensoleillement (h)167,4171,1204,6225213,9198244,9260,4225204,6168164,32 447
Précipitations (mm)1038764391912333775101100643
Nombre de jours avec précipitations1211685312691113
Source : Worldweather.org et ClimaTemps.com[4].


Environnement

Lido, à Funchal.

L'archipel constitue une écorégion terrestre dans la classification du Fonds mondial pour la nature sous le nom de « forêts sempervirentes de Madère ». Elle appartient au biome des forêts de feuillus et forêts mixtes tempérées de l'écozone paléarctique.

La région conserve des restes d'un type de forêt de lauriers autrefois répandu dans tout le Sud de l'Europe et dans l'Afrique du Nord-Ouest. La flore et la faune de cette forêt relique sont tout à fait uniques, elle possède de nombreuses espèces endémiques, dont le Pigeon trocaz et le Pétrel de Madère. Après avoir subi une déforestation massive à la suite de la colonisation de l'archipel, la végétation indigène est actuellement menacée par les espèces envahissantes, la mauvaise gestion des pâturages et le développement du tourisme.

Ces dernières années, des particules de plastique s’incrustent sur les rochers du littoral et donnent l’impression de les couvrir de lichen blanc ou bleu clair. Cette nouvelle pollution océanique, souvent appelée « plasticroûte », contamine peu à peu les paysages[10].

Voir la catégorie : Faune endémique de Madère.

Histoire

Article détaillé : Histoire de Madère.

Il est probable que l'archipel ait été connu dès l'Antiquité et notamment des Phéniciens. Un texte grec du IIIe Siècle avant notre ère laisse à supposer que les Carthaginois furent les premiers à découvrir l'île[11].

Les vikings ont fait escale sur l'île de Madère entre le IXe et le XIe siècle. l'étude des ossements de souris (mus musculus) du XIe siècle montrent que les rongeurs sont arrivés entre l'an 800 et 1036, leur ADN mitochondrial les rapprochent des populations de Scandinavie et d'Allemagne du nord. Elles se sont diversifiées en six nouvelles espèces (leur hybridation engendre une descendance stérile) et leur nombre de chromosomes est passé de 40 (souche originelle) à 22 à 30 pour les descendants insulaires[12].

Son existence est attestée dès 1351 sur un portulan de Florence et dans des documents géographiques arabes. Les premiers navigateurs portugais lancés en 1418 dans les explorations maritimes organisées par Henri le Navigateur (João Gonçalves Zarco et Tristão Vaz Teixeira) furent déroutés accidentellement jusqu'à l'Ile du Bois, que les Génois, ses premiers découvreurs, appelaient Isola de Legname avec son îlot où ils se réfugièrent, Porto Santo[13] (qu'ils nommèrent ainsi en reconnaissance de leur sauvetage). Ils en prirent possession au nom du roi du Portugal Joǎo 1er. Madeira, traduction de Legname, fut repérée et abordée l'année suivante par Zarco, Teixeira et Bartolomeu Perestrelo, à l'emplacement actuel du port de Machico. Sa colonisation par les Portugais démarra immédiatement, Zarco et Vaz se voyant attribuer sa gouvernance, tandis que Perestrelo devenait capitaine-gouverneur de Porto Santo.

L'archipel fut un point de relâche important pendant l'époque des grandes découvertes. Christophe Colomb y séjourna, il y épousa Felipa Moniz Perestrello, fille de Bartolomeu Perestrelo. Séjour important, puisque Felipa a pu faire connaître à Colomb les cartes de son père, qui l'ont aidé dans sa découverte.

Politique et administration

Carte des onze communes de la région autonome de Madère :

Depuis 1976, Madère, comme les Açores, est constituée en région autonome de la République du Portugal (Região Autónoma da Madeira), avec un gouvernement autonome et une assemblée législative régionale. Le président du gouvernement régional est Miguel Albuquerque, depuis le . Le siège du gouvernement régional est situé à Funchal, capitale de la région.

Au niveau local, Madère est subdivisée en onze communes.

L'archipel constitue l'une des neuf régions ultrapériphériques de l'Union européenne.

Démographie

Lors de sa découverte par les Portugais (1351), l'archipel était inhabité. La population actuelle résultant de la colonisation, essentiellement portugaise, est donc d'origine européenne bien que Madère soit plus proche de l'Afrique que de l'Europe[14].

Les principales villes de l'archipel sont :

Économie

L'économie de la région repose essentiellement sur l'agriculture et sur le tourisme, principale ressource.

L'agriculture produit des bananes destinées au marché local et métropolitain, des fleurs, et le vin de Madère qui jouit d'une grande réputation à l'exportation.

L'industrie est peu diversifiée, elle est surtout à caractère artisanal, avec la production de broderies, de tapisseries et d'articles de vannerie. La zone franche de Madère concentre des activités financières, industrielles et commerciales assurées par des firmes étrangères attirées par des incitations fiscales avantageuses.

La Communauté européenne a contribué de façon importante au développement des infrastructures par le moyen de subventions du FEDER. Il y a notamment des travaux très importants d'adaptation du réseau routier, rendus difficiles par la configuration très montagneuse de l'île.

Enfin, les services bancaires ou financiers, dans la Zone franche de Madère (ZFM)[15], ont été relativement importants, depuis sa création en 1980[16],[17].

Tourisme

Le jardin botanique à Funchal.
Ponta de São Lourenço 2004

Le tourisme est un secteur important de l'économie de la région puisqu'il contribue pour 20 % au PNB, soutenant toute l'année les activités liées au commerce et aux transports et fournissant un débouché aux productions locales. La part des hôtels et des restaurants dans le PNB (9 %) témoigne aussi de cette importance. L'île de Porto Santo, qui jouit d'un climat ensoleillé et dispose d'une plage de sable de neuf kilomètres de longueur, est entièrement consacrée au tourisme. Ces dix dernières années, elle a connu un fort accroissement de ses capacités hôtelières.

En 2005, Madère a reçu plus de 850 000 visiteurs. Les touristes viennent majoritairement de l'Union européenne, notamment du Royaume-Uni, d'Allemagne, du Portugal et de Scandinavie. La fréquentation est à son maximum en mars–avril et de juillet à octobre. Les perspectives de développement prévoient de porter la capacité hôtelière à 39 000 lits en 2012 contre environ 29 000 en 2005[18].

L'aéroport principal de Madère est situé à Santa Cruz. L'allongement de la piste à 2 781 mètres en 2000, qui permet de recevoir pratiquement tous les types d'avions, et l'ouverture d'un nouveau terminal en 2002 ont facilité le développement du tourisme. Madère est reliée à l'Europe (principalement Lisbonne et Porto) ainsi qu'à l'Amérique du Sud (Brésil et Venezuela), aux Açores et à l'Afrique du Sud.

Les atouts de Madère reposent principalement sur ses paysages (montagnes d'origine volcanique escarpées et souvent spectaculaires), sur son climat doux toute l'année et sur sa flore abondante et variée. L'une des principales activités touristiques sur l'île de Madère est la randonnée le long des levadas, canaux d'irrigation creusés depuis le XVIe siècle.

La plongée sous-marine est aussi devenue très populaire au cours des dernières années grâce aux eaux cristallines et à l'abondance de vie qui caractérisent Madère. Exploré récemment, Ponta de São Lourenço offre les meilleurs sites de plongée de l'île. Cette zone est accessible à partir de la très proche Marina de Quinta do Lorde.

Transport

L'île de Madère est desservie par l'aéroport Cristiano-Ronaldo. Il est considéré comme l'un des dix aéroports les plus dangereux du monde, notamment pour son virage très serré qui précède l'atterrissage et pour les vents violents qu'il connaît[19].

L'île de Porto Santo possède elle aussi un aérodrome.

Culture

Gastronomie

Madère étant une île, il est tout à fait naturel de trouver dans les spécialités locales de nombreux plats à base de poissons et fruits de mer. Le climat de Madère est propice à la culture de fruits exotiques, comme l'ananas, l'anone ou chérimole, la banane, la chayotte, l'igname, la mangue, la papaye, la patate douce, le fruit de la passion (maracuja) entre autres. Les plats sont souvent accompagnés de produits de l'île, ce mélange est typique de la gastronomie madérienne.

Des profondeurs de l'océan Atlantique, les Madériens mangent des spécialités tel que le sabre noir (Filete de espada), le steak de thon, ou bien encore du poulpe (Polvo). Le calamar (Lula) grillé en brochette avec de l’oignon et du poivron. Des fruits de mer comme les patelles (Lapas), entre autres plats typiques de la région[20].

On y trouve beaucoup de préparations à base de maïs. À l'image du « milho », proche de la polenta, il est servi cuit (milho cozido) en une sorte de purée à base de farine de maïs, à laquelle est ajouté, selon les recettes, du thym, de l’ail, des haricots ou du choux. Il est également frit (milho frito) ; la purée de maïs est alors froide, recuite à la poêle dans l’huile d’olive et découpée en petits morceaux[21].

Un autre plat emblématique de l’archipel est l’espetada, une brochette traditionnelle de viande de bœuf grillée sur des braises parfumée au laurier. Cette grillade est souvent accompagnée de petits pains plats à base de patate douce (bolo do caco) traditionnellement cuits sur une pierre de basalte. Ils sont généralement dégustés tartinés de beurre d’ail.

Les « pastéis de nata », pâtisseries typiques du Portugal qui ressemblent beaucoup à de petit flans, sont aussi très appréciées.

Les « queijadas » sont des desserts à base de fromage blanc, d’œufs, de beurre et de sucre. Le « pudim de maracuja » pudding de fruit de la passion, avec de l’écorce d’orange, du lait de « maracuja » et du caramel.Ou encore les « panquecas de abobora » sont des sortes de pancakes de potiron. Enfin, le gâteux typique de Madère est le « bolo de Mel », gâteau de miel en français. Semblable au pain d'épices, il est fait à base de mélasse de canne à sucre, épices, vin de Madère, amandes et fruits secs[22].

L'archipel est mondialement connu pour son vin, notamment pour la madérisation. Mais on y trouve aussi des alcools comme la Poncha, un cocktail alcoolisé à base d'eau de vie de canne à sucre[23]. La bière locale, la « Coral » une bière blonde brassée sur l'île de Madère. De nombreuses eaux-de-vie (Aguardente), des alcools forts proche du rhum, essentiellement de la canne à sucre et des liqueurs à base de fruits.

Madère est réputée pour la qualité de ses fruits anona[24]. La fête de l'Anona est traditionnelle et a lieu chaque année dans la paroisse de Faial. Cet événement encourage la consommation de ce fruit et de ses dérivés, tels que liqueurs, puddings, crèmes glacées et laits frappés[25].

Sport

L'archipel est représenté dans le sport de haut niveau. Ainsi il compte deux formations de football évoluant au plus haut niveau national : le Marítimo et le CD Nacional ont même représenté le Portugal à travers la coupe de l'UEFA.

Madère est aussi présent dans le handball, le basket-ball, le tennis de table au plus haut niveau national aussi bien dans les catégories masculines que féminines.

La ville de Funchal est l'un des passages obligés lors des courses de voiles notamment avec la Transat Jacques-Vabre.

Tous les ans est organisé le Rallye Vinho Madeira, épreuve comptant pour le championnat d'Europe.

Personnalités de Madère ou ayant vécu dans l'archipel

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. En français : « De toutes les îles, les plus belles et les plus libres. »
  2. http://www.visitmadeira.pt/fr-fr/madere/nature/volcanisme-de-larchipel-de-madere
  3. Direction régionale du tourisme de Madère: http://www.visitmadeira.pt/fr-fr/madere/climat/
  4. worldweather.org. Pour l'ensoleillement : [1].
  5. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ , p. 935-938.
  6. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, R. Abell, T. Allnutt, C. Carpenter, L. McClenachan, J. D’Amico, P. Hurley, K. Kassem, H. Strand, M. Taye et M. Thieme, The Global 200 : A representation approach to conserving the earth's distinctive ecoregions, Washington DC, Conservation Science Program, World Wildlife Fund-US, (lire en ligne)
  7. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ , p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne)lire en ligne)the Atlas of Global Conservation.
  8. a b c d et e (en)the Atlas of Global Conservation.
  9. a b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L. Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press, (lire en ligne)lire en ligne)the Atlas of Global Conservation.
  10. « Le « plasticroûte », un nouveau type de pollution sur le littoral de Madère », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. https://books.google.fr/books?id=bqwCmvxj67EC&pg=PA19&lpg=PA19&dq=carthaginois+a%C3%A7ores&source=bl&ots=VIPYhlDFgw&sig=6D0zY7ikmbnzmRxEy-ogstJPL00&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwihwI-klOfPAhVCiRoKHTJ1D9UQ6AEIPjAE#v=onepage&q=carthaginois%20a%C3%A7ores&f=false
  12. « Les souris de Madère », lire en ligne).
  13. Jean Amsler, La Renaissance (1415-1600) dans le tome II de l'Histoire Universelle des Explorations, Paris, Nouvelle Librairie de France F. Sant'Andrea, , p. 24 Livre 1er Chapitre 1
  14. Guide du Routard http://www.routard.com/guide/code_dest/madere.htm
  15. http://www.goodreads.com/book/show/12784059-suite-605
  16. a et b https://lemonde.fr/evasion-fiscale/article/2017/02/15/l-ile-de-madere-est-elle-un-paradis-fiscal_5079988_4862750.html
  17. a et b http://abonnes.lemonde.fr/evasion-fiscale/article/2017/02/14/money-island-madere-la-petite-ile-aux-tresors-fiscaux-oubliee-par-l-europe_5079568_4862750.html
  18. Estatísticas do Turismo http://www.madeiratourism.org/
  19. Olivia Merlen, « Aéroport de Funchal : les secrets pour atterrir sur l'un des aéroports les plus dangereux du monde », sur L'Internaute, (consulté le 3 avril 2019).
  20. « La gastronomie de Madère », sur visitportugal.com (consulté le 3 mars 2019)
  21. « Madère, île aux mille saveurs », sur expedia.fr (consulté le 3 mars 2019)
  22. « Cuisine, gastronomie et boissons Madère », sur routard.com (consulté le 3 mars 2019)
  23. (en) « Ponhca is the traditional drink of Madeira », sur madeira-holidays.eu (consulté le 2 mars 2019)
  24. (pt) Direção de Informação do Comércio Agroalimentar, « A importância da cultura da anoneira na RAM », sur dica.madeira.gov.pt (consulté le 20 mars 2019)
  25. (pt) Direcção Regional do Turismo da Madeira, « Festa da Anona », sur visitmadeira.pt (consulté le 20 mars 2019)