Lucrèce de Médicis (1470–1553)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucrèce de Médicis.

Lucrèce de Médicis (en italien, Lucrezia Maria Romola de' Medici) ( – entre le 10 et le ) est une noble florentine, fille aînée de Laurent de Médicis et de Clarisse Orsini et mère de Maria Salviati et Giovanni Salviati[1]. Son portrait est considéré (en tant que nouveau-né) comme le Jésus enfant dans La Madone du Magnificat de Sandro Botticelli.

Biographie

Elle épouse en février 1488[2] Jacopo Salviati. Elle lui apporte une dot de 2 000 florins lors du mariage[3],[2]. Lorsque ses frères sont envoyés en exil, elle se retrouve en difficulté car Jacopo est un partisan des nouveaux dirigeants. En août 1497, elle utilise 3 000 ducats pour appuyer un complot pour le retour de son frère Piero au pouvoir. Quand il échoue, les hommes ayant participé sont exécutés, mais Francesco Valori, dirigeant de Florence, ne peut envisager de nuire à une femme[2],[4]. Elle continue de travailler au soutien de la famille des Médicis, y compris par la négociation du mariage de sa nièce, Clarice de Medicis (1493-1528) avec Filippo Strozzi le Jeune contre les désirs des dirigeants florentins. Lorsque son frère Julien revient à Florence en 1512, il demande l'avis de ses sœurs sur la façon dont il devrait restructurer le gouvernement.

En mars 1513, son frère devient le pape Léon X[5], et les Médicis organisent des jours de fêtes à Florence. Lucrèce et ses frères et sœurs donnent des cadeaux et de l'argent à la foule à l'extérieur du palais familial[6]. En 1514, le pape Léon a tellement épuisé les trésors du Vatican qu'il met en gage la tiare papale (d'une valeur de 44 000 ducats) à Lucrèce et son mari. Elle commence à avoir des disputes publiques avec sa belle-sœur, Alfonsina Orsini, qui travaille pour élever son fils Laurent, le capitaine général, et plus tard duc. Elle et son mari préfère qu'un groupe règne sur Florence, non un individu seul[7]. Le pape Léon nomme le fils de Lucrèce, Giovanni, cardinal en 1517[2]. Elle  gère sa maison et son bureau à partir de 1524, en particulier lorsqu'il voyage en tant que légat du pape. Elle utilise cette influence pour aider à promouvoir la cause des Médicis à Rome. Lucrèce est au côté du pape Léon lors de sa mort[8].

En 1527, lorsque les Médicis sont de nouveau exilés de Florence, Jacopo est fait prisonnier par Charles Quint avec le cousin de Lucrèce, le pape Clément VII. Elle rassemble la rançon et obtient la libération de son époux. Elle et son mari s'opposent à la décision du pape Clément de marier leur petite-nièce Catherine de Médicis au futur Henri II de France, affirmant qu'une telle héritière Médicis doit se marier en Italie.

Jacopo meurt en 1533. Lucrèce lui survit vingt ans. La date exacte de sa mort est inconnue, mais on estime qu'elle se situe entre le 10 et le 15 novembre 1553. Elle avait 83 ans[2],[5].

Patronage

En 1520, le Pape Léon X lui demande de soutenir les couvents de Florence. Elle paie pour une expansion significative du couvent San Giorgio, le financement de nouveaux dortoirs, des cloîtres et des ateliers. Elle fait construire d'autres chapelles en 1530 à Rome. Elle et Giovanni paient ensemble pour une chapelle à Rome qui servirait également de lieu de repos pour la famille[9]. En novembre 1520, elle échange des messages avec Filippo Nerli et Machiavel sur la modification d'une biographie d'Alexandre le Grand. Elle est un des patrons de Jérôme Benivieni. Ensemble, elle et Benivieni demandent à son frère, le pape Léon X, son appui pour ramener le corps de Dante Alighieri dans sa ville natale de Florence.

Descendance

Par Salviati, elle eu 10 enfants, dont certains ont été importants durant la Renaissance européenne[5],[10] :

  • Cardinal Giovanni Salviati (Florence, 1490 - Ravenne, 1553)
  • Lorenzo Salviati (Florence, 1492 - Ferrara, 1539), sénateur et mécène
  • Piero Salviati, patricien
  • Elena Salviati (Florence, vers 1495 - Gênes, 1552), épouse le marquis Pallavicino Pallavicino et en deuxième mariage, le prince Iacopo V Appianai en Appiano
  • Baptiste Salviati (1498-1524)
  • Maria Salviati (1499-1543), marié à Jean des Bandes Noires. Ce mariage unifie la branche principale et la branche Popolano des Médicis. Son fils, Cosimo, est nommé à la tête de Florence après la mort du duc Alexandre de Médicis
  • Luisa Salviati, marié à Sigismond de Luna et de Peralta
  • Francesca Salviati, mariée à Piero Gualterotti et en deuxièmes noces en 1533, à Ottaviano de Médicis. Mère du pape Léon XI
  • Bernardo Salviati (Florence, 1505/1508 - Rome, 1568) chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, par Catherine de Médicis en France ; fait cardinal en 1561
  • Alamanno (1510-1571), patricien

Ascendance

Références

  1. Tomas, 2003, p. 7
  2. a b c d et e (it) « MEDICI, Lucrezia de’ in "Dizionario Biografico" », sur www.treccani.it (consulté le 23 juin 2018)
  3. Tomas, 2003. p. 20
  4. Tomas, 2003. p. 109
  5. a b et c « NORTHERN ITALY (3) », sur fmg.ac (consulté le 23 juin 2018)
  6. Tomas 2003, p. 126.
  7. Tomas 2003, p. 133-134.
  8. Tomas, 2003. p 141-142
  9. Tomas, 2003. p. 88
  10. Maike Vogt-Luerssen, « Lucrezia de' Medici – kleio.org », sur www.kleio.org (consulté le 23 juin 2018)

Sources

  • Natalie R. Tomas, The Medici Women: Gender and Power in Renaissance Florence, Aldershot, Ashgate, [détail de l’édition] (ISBN 0754607771)