Josef Bürckel

Josef Bürckel
Langhammer - Josef Bürckel.jpg
Josef Bürckel ca 1938
Fonctions
Député au Reichstag sous la république de Weimar
Député au Reichstag (d)
Gauleiter
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Allégeance
Activité
Autres informations
Religion
Catholique non pratiquant (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parti politique
Membre de
Conflit
Distinction

Josef Bürckel ( à Lingenfeld - à Neustadt an der Weinstraße) est un homme politique du régime nazi, membre du Reichstag.

Avant guerre

Formé à l'école normale (Lehrseminar) de Spire, il exerce comme instituteur puis directeur d'école de 1916 à 1930. Il quitte ses fonctions quand il est élu député au Reichstag en 1930. Josef Bürckel a adhéré une première fois au parti nazi en 1921 (33 979). Le NSDAP est interdit en 1923 après l'échec du Putsch de Munich. Refondé en 1925, il devient un membre actif du parti nazi de la Sarre et du Palatinat. Il est nommé Gauleiter de la région Rhin Palatinat le 13 mars 1926, poste qu'il occupe jusqu'en 1935. Depuis janvier 1933, il devient le représentant officieux du NSDAP en Sarre (Karl Brück est le Gauleiter officiel depuis 1933). Il s'implique fortement dans la campagne pour le rattachement de la Sarre au Reich qui aboutit au succès du plébiscite en janvier 1935. Le il est désigné comme commissaire du Reich chargé de la réintégration du Land de Sarre. Parallèlement il devient Gauleiter du NSDAP pour la Gau Sarre Palatinat.

Le 13 mars 1938, Joseph Bürckel est nommé responsable de la propagande pour le référendum au sujet de l’Anschluss de l'Autriche avec l'Allemagne. Du au , il exerce la fonction de commissaire du Troisième Reich pour la réunion de l'Autriche au Reich, chargé de son intégration politique, économique et culturelle. Bürckel occupe également le poste de Gauleiter de Vienne (Autriche). Il est nommé Reichsstatthalter (gouverneur du Reich) pour l'Ostmark du 30 janvier 1939 au 7 août 1940. Il promulgue alors des décrets antisémites, visant à la saisie des biens appartenant aux juifs.

Pendant la Seconde Guerre mondiale

En mai 1939 il accompagne Hitler dans une tournée d'inspection de la ligne Siegfried en Sarre, qui fait face à la ligne Maginot en Moselle.

Ayant repris sa fonction de Gauleiter du NSDAP en Sarre-Palatinat, Joseph Bürckel devient responsable de l'administration civile allemande en Moselle, le après l'annexion de fait du département au Reich. Dès le 10 novembre 1940, alors qu’aucun traité n’a été signé entre la France et Allemagne pour décider du sort de la Moselle, il fait placarder une affiche où on peut lire :

« Vous connaissez tous la tâche que le Führer m'a confiée. Cette province-ci doit être allemande à tout jamais (…). On va accomplir ici la même action que nous avons déjà vu s'accomplir au Tyrol méridional, en Volhynie et en Bessarabie. De même que le Reich a rapatrié ses enfants allemands, de même la France va rapatrier tous ceux qui se sont confessés « Français ». Cette décision nous la respectons. C'est la décision des hommes de caractère qui tirent les conséquences nécessaires de leurs convictions nationales. Tout devra s'accomplir dans des conditions dignes de ces Français. Je me suis donc mis en relation avec le gouvernement français pour que : 1- les rapatriements puissent s'effectuer en bon ordre et que 2- les familles rapatriées n'éprouvent en aucune façon des pertes de fortune. »[1].

En mars 1941, il devient gouverneur du Reichsgau Westmark, qui comprend le Palatinat, la Sarre et la Moselle. Son chef-lieu est Sarrebruck. Bürckel réside la plupart du temps à Neustadt an der Weinstraße, dans le Palatinat.

Le , Bürckel fait son entrée solennelle à Metz et se fait remettre les clés de la cité par le dernier maire allemand de la ville en 1918, Roger Foret. Le , il obtient le grade de SS-Obergruppenführer. Dans son journal, tenu clandestinement en français pendant l’occupation de fait, l'Alsacien Marie-Joseph Bopp écrit le 30 août 1943 :

« J'ai eu la visite d'un Lorrain. Il me dit que, depuis que leur Gauleiter Bürckel a perdu son fils, il a complètement changé d'attitude. Maintenant il laisse aller les choses, il ne se sert plus d'un camp de concentration ou du Volksgericht. Pour ceux qui aident les soldats prisonniers à passer la frontière, le taux de la condamnation est fixé à huit jours de prison. Chez nous, c'est la mort ! De nombreux Lorrains traversent encore sans grande peine la frontière. »

En 1944, Joseph Bürckel est décoré de l'ordre allemand (Deutscher Orden), la plus haute distinction décernée par le parti nazi, pour services rendus au Reich.

Josef Bürckel est mort officiellement de pneumonie le . Toutefois, l'hypothèse crédible d'un suicide est avancée. Physiquement épuisé, il a perdu la confiance de Hitler en raison de la retraite précipité de l'administration nazie de Metz le alors que les Américains sont sur la rive gauche de la Moselle. L'administration doit revenir à Metz le sur ordre exprès de Hitler et la ville est déclarée place forte (Festung Metz). Metz défendue par sa ceinture de forts n'est libérée que le . Bürckel n'est remplacé officiellement qu’en janvier 1945 par Willi Stöhr qui dès le a été détaché auprès de lui par Martin Bormann pour assurer la construction de lignes de défense par des Mosellans réquisitionnés comme terrassiers (Schanzer).

Références

  • Bernard et Gérard LE MAREC, Les Années noires la Moselle annexée par Hitler, éditions Serpenoise, 1990
  • Dieter Wolfanger, Nazification de la Lorraine mosellane 1940 1945, éditions Pierron, 1982
  • Karl Höffkes, Hitlers Politische Generale Die Gauleiter des Dritten Reiches, Grabert, 1986
  • Dr Lothar Wettstein, Josef Bürckel Gauleiter Reichsstatthalter Krisenmanager Adolf Hitler, 2009
  • Michael D. Miller et Andreas Schulz, Gauleiter, the Regional leaders of the Nazi Party volume 1, James Bender Publishing, 2012
  • Hans Schaefer, Bürckels Bauernsiedlung : Nationalsozialistische Siedlungspolitik in Lothringen während der "verschleierten" Annexion 1940 - 1944, ed. Pirrot, Saarbrücken-Dudweiler, 1997.
  • Hans Fenske, Josef Bürckel - Porträt eines Gauleiters , in: Die Zeit des Nationalsozialismus in Rheinland-Pfalz (dir.: Hans-Georg Meyer ... ; 1: "Eine nationalsozialistische Revolution ist eine gründliche Angelegenheit", ed. Schmidt, Mayence, 2000 (p. 120-137).

Notes

Voir aussi

Liens externes