Gouvernement Michel Debré

Gouvernement Michel Debré
Ve République
Description de l'image defaut.svg.
PrésidentCharles de Gaulle
Premier ministreMichel Debré
Formation
Fin
Durée3 ans, 3 mois et 6 jours

Composition initiale
Ministres19
Secrétaires d'État7
Femmes1
Hommes25
Drapeau de la France

Cet article présente la composition du gouvernement français sous le Premier ministre Michel Debré du au .

Le gouvernement Michel Debré est le 1er gouvernement de la Ve République française.

Composition initiale

La nomination du Premier ministre et des membres du gouvernement est publiée au JO du [1].

Premier ministre

Ministres d'État

MinistèreTitulaire
Ministre d'ÉtatFélix Houphouët-Boigny (RDA)
Louis Jacquinot (CNIP)
Robert Lecourt (MRP)
André Malraux

Ministres

MinistèreTitulaire
Garde des Sceaux, ministre de la JusticeEdmond Michelet (UNR)
Ministre des Affaires étrangèresMaurice Couve de Murville (UNR)
Ministre de l'IntérieurJean Berthoin (Radical)
Ministre des ArméesPierre Guillaumat
Ministre des Finances et des Affaires économiquesAntoine Pinay (CNIP)
Ministre de l'Éducation nationaleAndré Boulloche (SFIO)
Ministre des Travaux publics et des TransportsRobert Buron (MRP)
Ministre de l'Industrie et du CommerceJean-Marcel Jeanneney
Ministre de l'AgricultureRoger Houdet (CNIP)
Ministre du TravailPaul Bacon (MRP)
Ministre de la Santé publique et de la PopulationBernard Chenot
Ministre de la ConstructionPierre Sudreau (MRP)
Ministre des Anciens combattantsRaymond Triboulet (UNR)
Ministre des Postes et TélécommunicationsBernard Cornut-Gentille (UNR)
Ministre de l'InformationRoger Frey (UNR)

Ministres délégués et secrétaires d'État

Les secrétaires d'État sont nommés le 8 janvier, et reçoivent leur affectation le 20 janvier[2]. Les attributions des deux secrétaires d'État auprès du Premier ministre sont précisées les 23 et 24 janvier, et celles du ministre délégué auprès du Premier ministre le 13 février.

Modifications

Ajustement du 27 mars 1959

  • Ministre d'État, chargé de la Coopération : Robert Lecourt (précédemment « ministre d'État »)

Ajustement du 20 mai 1959

  • Cessation des fonctions de Félix Houphouët-Boigny (« ministre d'État »).

Remaniement du 28 mai 1959

  • Cessation des fonctions de Jean Berthoin (« ministre de l'Intérieur ») et de Roger Houdet (« ministre de l'Agriculture »).
  • Ministre de l'Intérieur : Pierre Chatenet (précédemment secrétaire d'État chargé des Problèmes d'administration générale)
  • Ministre de l'Agriculture : Henri Rochereau

Ajustement du 22 juillet 1959

  • Ministre d'État, chargé des Affaires culturelles : André Malraux (précédemment « ministre d'État »)

Remaniement du 23 juillet 1959

Entrent au gouvernement :

Ajustement 24 juillet 1959

  • Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé de la Fonction publique : Louis Joxe

Remaniement du 17 novembre 1959

  • Ministre de l'Industrie : Jean-Marcel Jeanneney (précédemment « ministre de l'Industrie et du Commerce »)
  • Secrétaire d'État au Commerce intérieur : Joseph Fontanet (précédemment « secrétaire d'État à l'Industrie et au Commerce »)
  • Secrétaire d'État aux Affaires économiques extérieures : Max Fléchet (précédemment « secrétaire d'État aux Affaires économiques »)

Remaniement du 23 décembre 1959

  • Cessation des fonctions d'André Boulloche, ministre de l'Éducation nationale.
  • Ministre de l'Éducation nationale par intérim : Michel Debré, Premier ministre

Remaniement du 13 janvier 1960

  • Cessation des fonctions d'Antoine Pinay, ministre des Finances et des Affaires économiques.

Remaniement du 15 janvier 1960

  • Cessation des fonctions de Michel Debré, Ministre de l'Éducation nationale par intérim, nommé le 23 décembre 1959.
  • Ministre de l'Éducation nationale : Louis Joxe (précédemment « secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé de la Fonction publique »)

Ajustement du 19 janvier 1960

Cessation des fonctions de Max Fléchet, précédemment Secrétaire d'État aux Affaires économiques extérieures, nommé à cette fonction le 17 novembre 1959, apparemment non remplacé.

Remaniement du 5 février 1960

  • Cessation des fonctions de Bernard Cornut-Gentille, ministre des Postes et Télécommunications, et Jacques Soustelle, Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du Sahara, des Territoires d'outre-mer, Départements d'outre-mer et de l'Énergie atomique[3].

Ajustement du 19 mars 1960

  • Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l'Énergie atomique et de la Fonction publique : Pierre Guillaumat (précédemment « Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l'Énergie atomique »)

Remaniement du 22 novembre 1960

  • Ministre d'État, chargé des Affaires algériennes : Louis Joxe (précédemment « Ministre de l'Éducation nationale »)
  • Ministre de l'Éducation nationale par intérim : Pierre Guillaumat, en supplément des fonctions déjà occupées (fin de cet intérim le 20 février 1961)

Ajustement du 20 février 1961

Remaniement du 6 mai 1961

  • Cessation des fonctions de Pierre Chatenet, ministre de l'Intérieur.
  • Ministre de l'Intérieur : Roger Frey (précédemment « Ministre délégué auprès du Premier ministre »)

Remaniement du 18 mai 1961

  • Ministre de la Coopération : Jean Foyer (précédemment « secrétaire d'État chargé des Relations avec les États de la Communauté », apparemment non remplacé dans cette fonction)
  • Secrétaire d'État aux Affaires étrangères : Georges Gorse

Remaniement du 19 mai 1961

Cessation des fonctions de Philibert Tsiranana, Gabriel Lisette, Léopold Sédar Senghor et Félix Houphouët-Boigny, « ministres conseillers » nommés le 23 juillet 1959.

Remaniement du 24 août 1961

  • Cessation des fonctions de Robert Lecourt, ministre d'État, chargé du Sahara, et des Territoires et départements d'outre-mer.
  • Cessation des fonctions d'Edmond Michelet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice.
  • Cessation des fonctions d'Henri Rochereau, ministre de l'Agriculture.
  • Ministre délégué auprès du Premier ministre : Louis Terrenoire (précédemment « ministre de l'Information »)
  • Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé de l'Information : Christian de La Malène
  • Secrétaire d'État aux rapatriés : Robert Boulin
  • Secrétaire d'État au Commerce intérieur : François Missoffe
  • Ministre d'État, chargé du Sahara, des Territoires et départements d'outre-mer : Louis Jacquinot (précédemment « ministre d'État »)
  • Secrétaire d'État, chargé du Sahara, des Départements et territoires d'outre-mer : Jean de Broglie
  • Garde des Sceaux, ministre de la Justice : Bernard Chenot (précédemment « ministre de la Santé publique et de la Population »)
  • Ministre de la Santé publique et de la Population : Joseph Fontanet
  • Ministre de l'Agriculture : Edgard Pisani

Remaniement du 18 janvier 1962

  • Cessation des fonctions de Wilfrid Baumgartner, ministre des Finances et des Affaires économiques, nommé le 13 janvier 1960.
  • ministre des Finances et des Affaires économiques : Valéry Giscard d'Estaing (précédemment « secrétaire d'État aux Finances », apparemment non remplacé dans cette fonction).

Les six « portefeuilles » stables

Seuls 6 départements ministériels semblent n'avoir pas changé de titulaire entre 1959 et 1962, ni leur titulaire avoir changé de titulature :

Travaux publics et des Transports : Robert Buron

Travail : Paul Bacon

Questions sociales en Algérie : Nafissa Sid Cara

Construction : Pierre Sudreau

Anciens combattants : Raymond Triboulet

Affaires étrangères : Maurice Couve de Murville

On y ajoutera évidemment le poste de Premier ministre, si l'on fait abstraction de l'intérim du ministère de l'Éducation nationale, assuré par Michel Debré du 23 décembre 1959 au 15 janvier 1960.

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs

Le 14 avril 1962, Michel Debré remettait la démission de son gouvernement au président de la République, Charles de Gaulle. Celui-ci nommait le jour même Georges Pompidou Premier ministre.

Femme au gouvernement

Le gouvernement compte une femme ministre, en la personne de Nafissa Sid Cara, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des questions sociales en Algérie et de l'évolution du statut personnel de droit musulman.

Notes et références