Chemin de fer du Blanc-Argent

Chemin de fer du Blanc-Argent
Ligne de Le Blanc à Argent-sur-Sauldre
via Romorantin et Salbris
image illustrative de l’article Chemin de fer du Blanc-Argent
Un autorail X 74500 du Blanc-Argent, en 2004.
PaysDrapeau de la France France
Villes desserviesLe Blanc, Mézières-en-Brenne, Buzançais, Écueillé, Valençay, Romorantin-Lanthenay, Salbris, Argent-sur-Sauldre
Historique
Mise en service1901 – 1902
Fermeture1951 – 1988 (fermeture partielle)
ConcessionnairesPO (1893 – 1906)
Compagnie du Blanc-Argent (à partir de 1906)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel600 000 (Salbris au Blanc)
693 000 (Salbris à Argent)
Longueur191 km
ÉcartementVoie métrique (1,000 m)
ÉlectrificationNon électrifiée
Pente maximale15 
Nombre de voiesVoie unique
(Anciennement à voie unique)
Trafic
PropriétaireSNCF
Exploitant(s)Compagnie du Blanc-Argent
(Keolis)
TraficTER
Schéma de la ligne

Le Chemin de fer du Blanc-Argent, parfois appelé BA, est une ligne de chemin de fer française à écartement métrique et à voie unique. Elle relie Le Blanc, sous-préfecture du département de l'Indre, à Argent-sur-Sauldre, dans le département du Cher, en région Centre-Val de Loire.

Ce chemin de fer constitue les lignes no 600 000 et no 693 000 du réseau ferré national.

Histoire

Un premier projet de ligne de chemin de fer reliant Gièvres au Blanc est lancé en 1868. C'est en 1872 que la compagnie de chemin de fer de Bressuire à Poitiers reçoit la concession pour la construction d'une ligne à écartement standard et double voie entre Gièvres et Le Blanc. Cette concession renvient à la compagnie de chemin de fer de l'état lors de la faillite de la première en 1878.[réf. nécessaire]

En 1879, la ligne est intégrée au Plan Freycinet où elle porte le no 92[1] avec prolongement vers Salbris et Argent sur Sauldre. La ligne est concédée à titre définitif par l'État à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie, le . Cette convention est approuvée par une loi, le 20 novembre suivant[2].

En 1890, il est finalement décidé de la construction à voie métrique de la ligne. La compagnie du PO ne souhaitant pas s'investir dans la construction de la ligne, elle en attribue la construction à la société Faugère et Chatelin. Après de nombreux désaccords concernant le tracé de la ligne, les acquisitions de terrain sont effectuées en 1898 et les travaux de construction peuvent commencer en 1899. La ligne fut livrée progressivement par sections :

La mise en service a lieu également par tronçon, dans un ordre différent, en terminant par Salbris - Romorantin le [3].

La voie est établie avec du rail « double champignon » de 25 kg/m calé par des coussinets tirefonnés sur les traverses, l'ensemble reposant sur un lit de sable au lieu de l'habituel ballast. Les courbes sont au maximum de 150m de rayon et les déclivités maximales sont 1,5%.

Les sections extrêmes ont été progressivement fermées au trafic[3] :

Le BA dans sa partie désaffectée, entre Aubigny-sur-Nère et Salbris, en 2009.
Le BA dans sa partie désaffectée, entre Argent-sur-Sauldre et Salbris, en 2009.

La section de ligne située dans le département de l'Indre (de Luçay-le-Mâle à Argy), est inscrite aux monuments historiques[5].

Le trafic des marchandises, qui nécessitait un transbordement à cause de la différence d'écartement, a cessé en 1988. Toutefois, la section d'Argy à Buzançais a été mise à voie normale, pour permettre la desserte d'un silo, situé à proximité de la gare d'Argy, à partir de la ligne de Tours à Châteauroux.

Dans le cadre du service Fercam (fer et camion) de Fret SNCF, le trafic marchandises est suspendu, le .

Cette ligne est aujourd'hui réduite à la section de Salbris à Valençay, via Romorantin-Lanthenay.

Elle est en contact avec le réseau à voie normale à Salbris (ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon) et à Gièvres (ligne de Vierzon à Saint-Pierre-des-Corps).

La section de Valençay à Luçay-le-Mâle fut suspendu au trafic de voyageurs, au mois d'. La suspension au trafic fut prise dans le cadre d'un contrôle technique, assuré par la SNCF et RFF.

Le , dans le cadre de décisions de sécurité de la part de la SNCF, le trafic fut limité temporairement à 40 km/h, sur l'ensemble de la ligne, au lieu des 70 km/h habituels[6].

Le , RFF et la région Centre se sont mis d'accord sur le financement de la modernisation de la ligne, avec un coût de 13,6 millions d'euros (8,85 millions d'euros pour la région Centre ; 4,5 millions pour RFF et une contribution locale 0,25 million). Elle inclut un renouvellement voie ballast sur 38 km permettant d'atteindre des vitesses de pointe de 70 km/h, par la réutilisation de 76 km de rails de réemploi provenant de la LGV Atlantique[7], accompagnée de traverses neuves et d'un ballastage complet[8] en remplacement de la voie en rails à « double champignon » datant de l'origine de la ligne. À la suite de ces travaux, la réouverture de la ligne s'est traduite par une exploitation en deux parties : entre Salbris et Romorantin-Blanc-Argent d'une part, entre Romorantin et Valençay d'autre part, sous le régime de la « navette »[9] de 2012 à 2015[10]. Cette particularité a été supprimée en 2015 : il est de nouveau possible d'effectuer le trajet de Salbris à Valençais sans changement à Romorantin[11].

Les deux derniers passages à niveau manuels, à barrières oscillantes, situés à Selles-Saint-Denis (PN n°325) et Chabris (PN n°248) devraient être remplacés par des passages à niveau automatiques type SAL 2 en 2017[10].

Tracé et profil

Les communes traversées aujourd'hui par la partie exploitée de la ligne sont : Valancay, Varennes sur Fouzon, Chabris, Gièvres, Pruniers en Sologne, Romorantin-Lanthenay, Villeherviers, Loreux, Selles-St-Denis, La Ferté-Imbault et Salbris. C'est donc une des dernières lignes de France à desservir toutes les communes qu'elle traverse.

Le point culminant de la ligne se situe à 187 m d'altitude, au PK 261. La ligne traverse la Sologne et le Bas-Berry permettant de grands alignements droits grâce au relief peu accidenté. La ligne a toutefois un tracé plus capricieux, composé de courbes et contrecourbes dans la ville de Romorantin, afin de contourner le centre-ville.

Gares ferroviaires

L'ancienne gare du Blanc, en 2011.
L'ancienne gare du Blanc, en 2011.

Gare en services

Gares fermées ou désaffectées

Exploitation

Propriété de SNCF Réseau, la ligne est exploitée par la Compagnie du Blanc-Argent, pour le compte de SNCF Mobilités. Cette compagnie fut longtemps une société à capitaux familiaux avant d'être rachetée en 2000 par Keolis, (filiale de la SNCF), dans le cadre du service TER Centre-Val de Loire.

Après un appel d'offres, Keolis a obtenu un renouvellement de sa convention d'exploitation avec la SNCF pour la période septembre 2015 - [10].

Dessertes

De Salbris à Valençay, la desserte est assurée par des trains régionaux du réseau TER Centre-Val de Loire. En semaine, 4 allers-retours sont assurés, auxquels s'ajoutent 3 allers-retours entre Salbris et Romorantin et 3 autres entre Romorantin et Valençay[12]. L'offre est complétée par des autocars[12]. Le samedi et le dimanche, l'offre est exclusivement ferroviaire[12].

Matériels et trains utilisés

Matériel d'origine

Locomotives à vapeur

À l'origine, des locomotives de type 030 tender assuraient la traction des trains. Ces machines pesaient 15,5 tonnes et étaient timbrées à 10 kg.

Elles ont été fournies par deux constructeurs :

Voitures voyageurs

  • 8 voitures 1re classe, no A 1 à 8.
  • 38 voitures 2e classe, no B 21 à 58.
  • 10 voitures 1re et 2e classe, no AB 81 à 90.

Wagons marchandises

  • Wagons couverts : K 201 à 275 (1902-1908).
  • Wagons couverts : K 276 à 285 (1922).
  • Wagons tombereaux : I 301 à 325, puis TK 301 à 325 (1902).
  • Wagons tombereaux : I 326 à 335, puis TK 326 à 335 (1922).
  • Wagons plats : H 401 à 415, puis N 401 à 415.
  • Wagons plats : H 416 à 420, puis N 416 à 420.
  • Wagons plats : HH 421 à 456, puis N 421 à 456.
  • Wagons plats : HHf 457 à 460, puis N 457 à 460.
  • Wagons plats à traverse pivotante : L 501 à 510 et L 601 à 602.

Wagons spéciaux

  • Wagon plat : (groupe désherbeur) N420.
  • Wagon grue : Z-1.

Matériel complémentaire

Locotracteur numéro 14 en gare de Romorantin-Blanc-Argent en 2009
Locotracteur N°14 à Romorantin-Blanc-Argent (2009).

Des locomotives à vapeur ont été acquises en seconde main :

Des locotracteurs ont été construits sur châssis de locomotives :

  • locotracteur 11, ex CFD, locomotive no 8 (1946), 8-2 (1952) BA, préservé GECP ;
  • locotracteur 12, ex CFD, locomotive no 2 (1945), 20-2 1952 BA, préservé Train du Bas-Berry ;
  • locotracteur 13, Ateliers du BA Romorantin, 04 (1953), ex locomotive no 25, Blanc-Misseron, no 257 (1901) ;
  • locotracteur 14, Ateliers du BA Romorantin, 12 (1953), ex locomotive no 28, Blanc-Misseron, no 260 (1901).

Des autorails ont été acquis en seconde main :

  • autorails De Dion-Bouton 181 à 183 puis ZZ 11 à 13, recarrossés par Heuliez (acquis auprès des tramways du Loiret) ;
  • autorails De Dion-Bouton type MZ 21 à 24 moteur Willème 6cyl-150cv (acquis auprès des auprès des tramways de l'Ain) ;
  • autorails Billard type A 80D , 31 , 32 et 311 , 312, ex CFD Charentes puis Yonne (acquis auprès auprès des CFD) ;
  • autorails Verney X 211 et 212, remorque 703 (acquis auprès du PO-Corrèze) ;
  • autorails De Dion-Bouton type OC2 X201 à 206 (acquis auprès du réseau Breton).

Des autorails ont été acquis livrés neuf :

  • autorail Renault-Scémia type SC4, 1925, à 2 essieux ;
  • autorails Verney (X 221-224, 1950, remorques 701-702) ;
  • autorails CFD Socofer (X 241-42, acquis en décembre 1983 et janvier 1984, baptisés respectivement « Romorantin-Lanthenay » et « Valençay », ont été rénovés en 2009 par le technicentre industriel de Nevers) et remis en service le . N'ayant pas été équipés du DAAT, ils ne sont plus utilisés depuis le 13 juin 2015[10] ;
  • autorails articulés CFD (X 74501 à 74505), livrés en 2002[10].

Des voitures ont été louées en 1940, à la société générale des chemins de fer économiques, (réseau de l'Allier) :

  • 11 voitures Bf 211-212, 219-224, 351-353 ;
  • 6 voitures ABf 57-62 ;
  • 13 voitures ABDf 111-123.

Seules 15 voitures seront affectées au BA :

  • ABDf 111-112, 119, renumérotées ABDf 121 à 123 ;
  • Bf 211-212, 220-221, 223-224, 353, renumérotées Bf 61-67 ;
  • ABf 57-61, renumérotées ABf 91-95 ;

Les 15 autres sont vendues :

Des fourgons Dp 51, 57 & 58 ex PO-Corrèze.

Des wagons plats à bogies ont été acquis auprès du Réseau Breton :

  • HM 2006 ;
  • HM 2007 ;
  • HM 2014 ;
  • HM 2016 ;
  • HM 2017 ;
  • HM 2019 ;

Des wagons couverts, acquis au PO-Corrèze, série 100.

Des wagons tombereaux, acquis auprès de la SE Centre, numérotés TK 336 à 350.

Des wagons tombereaux, acquis au PO-Corrèze, numérotés TK 351 à 367.

Des wagons plats, acquis auprès de la SE Centre, numérotés dans la série H 601 à 651.

Matériel actuel

En 2003, la desserte était assurée par cinq autorails neufs construits par CFD à Bagnères-de-Bigorre, numérotés X 74501 à 74505. Ils matérialisent la volonté du conseil régional du Centre, de maintenir cette ligne en service. Le nouveau matériel propose un confort équivalent aux autorails X 73500, avec notamment la climatisation.

En 2014, seuls deux autorails sont nécessaires pour l’activité commerciale, à la suite de la mise en place du service « navette » sur les trois disponibles en 2016 (le X 74503 ayant été accidenté le 30 juin 2015 au passage à niveau n°229 à Varennes-sur-Fuzon, et le X 74504, garé depuis un certain temps, devrait être équipé du DAAT)[10].

En juin 2015, la mise en service du DAAT permet de mettre fin à la rupture de charge et d'effectuer la totalité de la ligne sans changements à Romorantin. Le 13 juin 2015 pour le dernier jour d'exploitation sans DAAT, l'autorail CFD-Socofer X 241 était en service sur la section Romorantin - Valençay toute la journée[13]. Trois autorails sont nécessaires pour un service commercial normal (une rame double circulant en semaine le matin et le mercredi soir pour l’affluence de scolaires sur la section Salbris - Romorantin (la rame est coupée à Romorantin pour continuer en solo jusqu'à Valençay)). L'autorail X 74503 a été remis en service durant l'été 2016. Le X 74504 est toujours hors service.

Bibliographie

  • Patrick Bret, "Les tribulations d'un tortillard, 1ère partie : cinquante ans de gestation pour cinquante ans d'exploitation", Au Fil du Temps, p. 35-44, n° 18, 2017 Le Blanc.

Train touristique du Bas-Berry

Article détaillé : Train du Bas-Berry.

L'action d'une association créée en 1989 : la SABA (Société pour l'Animation du Blanc Argent), a permis de sauvegarder la voie de Luçay-le-Mâle à Buzançais, fermée en 1988, puis de mettre en circulation dès 2003, un train touristique. Actuellement, le Train du Bas-Berry a son origine en gare d'Argy, puis traverse Pellevoisin, Heugnes, Écueillé, la base de loisirs de la Foulquetière et enfin la gare de Luçay-le-Mâle[14].

Notes et références

  1. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  2. « N° 14217 - Loi qui approuve la convention passée, le 28 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Orléans : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 352 - 359 (lire en ligne).
  3. a, b, c, d, e et f Site non officiel du Blanc-Argent : Un peu d'histoire, consulté le 21 février 2009.
  4. a et b « Décret no 54-1099 du 12 novembre 1954 portant déclassement de certaines lignes et sections de lignes de chemin de fer d’intérêt général », Journal officiel de la République Française,‎ , p. 10676-10677 (lire en ligne).
  5. « Ligne à voie ferrée métrique le Blanc-Argent (ou B.A.), sur le tronçon Luçay-le-Mâle - Argy », notice no PA00125356, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Ligne Le Blanc-Argent : la colère des usagers », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne).
  7. Site de Railway Gazette : RFF to upgrade Blanc-Argent metre gauge line, consulté le 16 février 2014.
  8. « La ligne du Blanc - Argent prend forme », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Loir-et-Cher,‎ (lire en ligne).
  9. « Blanc-Argent : quatre postes menacés », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Loir-et-Cher,‎ (lire en ligne).
  10. a, b, c, d, e et f B. V., « Blanc - Argent : nouvelle convention et retrait des X 240 », Rail Passion, no 219,‎ , p. 10 (2264-5411).
  11. « Salbris - Valençay Le Blanc-Argent en continu », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 23 février 2018).
  12. a, b et c [PDF] Fiche horaire n°7 du TER Centre-Val de Loire valable du 5 février au 8 avril 2018
  13. [http://imagirail.wifeo.com/x240.php#dernier-x241 « x240 »], sur imagirail.wifeo.com (consulté le 14 janvier 2017)
  14. Site du Train du Bas-Berry : Historique de la ligne, consulté le 21 février 2009.

Voir aussi

Bibliographie

  • Henri Domengie, Les petits trains de jadis, vol. 2 : Sud-Ouest de la France, Breil-sur-Roya, Éditions du Cabri, , 251 p. (ISBN 2-903310-48-3, notice BnF BnF FRBNF34934544),
  • Bernard Collardey, Le Blanc-Argent : un héritier du PO entre Brenne et Sologne, Rail Passion (hors série), (1261-3665), p. 26 à 52.
  • Patrick Bret, "Les tribulations d'un tortillard, 1ère partie : cinquante ans de gestation pour cinquante ans d'exploitation", Revue des Amis du Blanc et de sa région, n° 18, janvier 2017, p. 36-44 (1620-4549).

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes