Buffy contre les vampires

Buffy contre les vampires
Description de l'image Buffy.svg.
Titre originalBuffy the Vampire Slayer
GenreFantasy urbaine
Horreur
Action
Comédie dramatique
CréationJoss Whedon
ProductionProducteurs exécutifs :
Joss Whedon
David Greenwalt
Marti Noxon
Fran Rubel Kuzui
Kaz Kuzui
Sociétés de production :
Mutant Enemy
Sandollar Television
Kuzui Entertainment
20th Century Fox Television
Acteurs principauxSarah Michelle Gellar
Alyson Hannigan
Nicholas Brendon
Charisma Carpenter
Anthony Stewart Head
David Boreanaz
Seth Green
James Marsters
Marc Blucas
Emma Caulfield
Michelle Trachtenberg
Amber Benson
MusiqueNerf Herder (générique)
Christophe Beck
Pays d'origineDrapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origineThe WB (1997-2001)
UPN (2001-2003)
Nb. de saisons7
Nb. d'épisodes144
Durée43 minutes
Diff. originale

Buffy contre les vampires (Buffy the Vampire Slayer) est une série télévisée américaine de 144 épisodes répartis sur sept saisons, du genre fantasy urbaine, créée par Joss Whedon. Elle raconte l'histoire de Buffy Summers (interprétée par Sarah Michelle Gellar), une Tueuse de vampires issue d'une longue lignée d'Élues luttant contre les forces du mal, et notamment les vampires et les démons. À l'instar des précédentes Tueuses, elle bénéficie des enseignements de son Observateur, chargé de la guider et de l'entraîner, mais, a contrario des autres, est entourée par un cercle d'amis qui combat à ses côtés.

La série a été diffusée pour la première fois aux États-Unis du au sur le réseau The WB, puis du au sur le réseau UPN.

La première diffusion des épisodes de la série attira en moyenne entre 4 et 6 millions de téléspectateurs aux États-Unis[1], ce qui constitua un succès pour le relativement jeune et modeste réseau de diffusion The WB. Recevant des critiques généralement positives, la série a notamment été classée dans plusieurs listes établies par des magazines spécialisés. Elle a été plusieurs fois nommée aux Emmy Awards et aux Golden Globes, remportant au total trois Emmy Awards[2] et son succès a entraîné la création de nombreux produits dérivés, dont des comics, des romans et des jeux vidéo. Une large communauté de fans s'est constituée autour de la série, qui a attiré l'attention des milieux académiques et a influencé d'autres séries télévisées[3],[4].

Synopsis

Buffy Summers, la tueuse de vampires en activité, vient d'emménager à Sunnydale avec sa mère et rencontre son nouvel observateur, Rupert Giles, le bibliothécaire du lycée. Cet établissement est situé sur la bouche de l'Enfer, ce qui attire en ville toutes sortes de créatures démoniaques. Buffy se lie d'amitié avec deux autres lycéens, Willow Rosenberg et Alexander Harris, et ensemble ils engagent la lutte contre le Maître, un très vieux et puissant vampire qui tente d'ouvrir la Bouche de l'Enfer. Ils sont aidés par le mystérieux Angel, qui se révèle plus tard être un vampire doté d'une âme, et Buffy finit par éliminer le Maître, non sans avoir elle-même été cliniquement morte durant quelques secondes.

Distribution

Buffy Summers, jouée par Sarah Michelle Gellar, est la Tueuse de vampires, membre d'une longue lignée de jeunes femmes choisies par le destin pour combattre les forces du mal. La Tueuse est dotée d'une force surhumaine, ainsi que d'une grande agilité, d'une guérison accélérée, d'une intuition très forte et de clairvoyance (sous forme de rêves prophétiques).

Buffy est guidée, entraînée et assistée par son Observateur, Rupert Giles (Anthony Stewart Head). Son rôle est aussi de rechercher la nature des créatures surnaturelles que Buffy affronte et ainsi lui fournir des moyens de les vaincre.

Buffy est en outre aidée par les amis qu'elle a rencontrés au lycée de Sunnydale : Willow Rosenberg (Alyson Hannigan) et Alexander Harris (Nicholas Brendon). Willow est au début une intellectuelle réservée ; elle contraste avec la personnalité avenante de Buffy. À mesure que la série progresse, Willow gagne en assurance, devenant une sorcière puissante et affirmant son lesbianisme, qu'elle a découvert au cours de la série. Alex, quant à lui, n'a aucun pouvoir surnaturel. Il sert de faire-valoir et apporte ainsi l'élément comique et un point de vue terre à terre.

Les autres personnages à avoir été présents au générique de la série sont Cordelia Chase (Charisma Carpenter), la garce pom-pom girl stéréotypée du lycée, Angel (David Boreanaz), un vampire doté d'une âme et premier grand amour de Buffy, Oz (Seth Green), un loup-garou guitariste et petit ami de Willow pendant un temps, Spike (James Marsters), vampire rebelle longtemps ennemi mortel de Buffy avant d'en tomber amoureux, Riley Finn (Marc Blucas), soldat de l'organisation militaire l'Initiative qui a une relation romantique avec Buffy, Anya Jenkins (Emma Caulfield), une ancienne démone vengeresse qui connaît une relation tumultueuse avec Alex, Dawn Summers (Michelle Trachtenberg), la petite sœur de Buffy qui apparaît mystérieusement au début de la saison 5, et Tara Maclay (Amber Benson), une sorcière dont Willow tombe progressivement amoureuse.

À plusieurs reprises, Whedon s'amuse avec le statut de personnage principal. Il aurait par exemple souhaité inclure l'acteur Eric Balfour dans le générique, afin de choquer les spectateurs lors de la mort de son personnage mais la série n'avait pas un assez gros budget pour cela[5]. Le vœu de Whedon fut finalement exaucé lors de l'épisode Rouge passion avec le personnage d'Amber Benson, Tara Maclay, créditée pour la première fois au générique depuis trois saisons et dont le personnage meurt dans les dernières minutes[6]. Enfin le générique de Superstar, s'il ne crédite pas le personnage de Jonathan Levinson, est truffé d'images de lui. On peut ainsi penser qu'il est le véritable héros, ce qui est le principe de l'épisode[7].

Acteurs principaux

De nombreux personnages ont des rôles récurrents tout au long de la série, que ce soit en tant qu'alliés ou qu'antagonistes de Buffy. Ainsi, Joyce Summers (Kristine Sutherland), est la mère de Buffy, qui ancre les vies des personnages dans la normalité. C'est le personnage qui apparaît dans le plus grand nombre d'épisodes sans jamais avoir été présent au générique. Jenny Calendar (Robia LaMorte), professeur d'informatique au lycée de Sunnydale, Faith Lehane (Eliza Dushku), une autre tueuse de vampires, Wesley Wyndam-Pryce (Alexis Denisof), un observateur maniéré et timoré, le proviseur du lycée Robin Wood (D. B. Woodside) et la tueuse potentielle Kennedy (Iyari Limon) font également partie de l'entourage de Buffy durant des périodes diverses.

Acteurs récurrents

Introduit lors de la saison 1

Introduit lors de la saison 2

Introduit lors de la saison 3

Introduit lors de la saison 4

Introduit lors de la saison 5

Introduit lors de la saison 6

Introduit lors de la saison 7

Production

Développement

Le créateur Joss Whedon a déclaré que « Rhonda the Immortal Waitress était la première incarnation du concept de Buffy : une femme qui a l'air d'être totalement insignifiante et qui se révèle extraordinaire »[8]. Cette idée s'est développée pour devenir l'inversion de la formule hollywoodienne de « la jeune fille blonde qui va dans une ruelle sombre et se fait tuer dans tous les films d'horreur »[9]. Whedon voulait « subvertir ce cliché et créer quelqu'un qui serait un héros »[9]. Il explique que « la mission première de la série, c'était la joie liée au pouvoir féminin : avoir le pouvoir, l'utiliser, le partager »[10].

Le concept a d'abord été exploité dans le film scénarisé par Joss Whedon, et sorti le , Buffy, tueuse de vampires, avec Kristy Swanson dans le rôle-titre. La réalisatrice, Fran Rubel Kuzui, décrit le film comme « une comédie de culture populaire sur ce que les gens pensent des vampires »[11]. Whedon n'est pas d'accord « J'avais écrit un film effrayant à propos d'une femme qui s'est émancipée, et ils en ont fait une comédie légère. C'était à vous briser le cœur »[12]. Le script reçut les éloges du milieu cinématographique[13], contrairement au film[14].

En 1996, Gail Berman, une cadre de la Fox, contacte Whedon afin qu'il développe le concept de Buffy dans une série télévisée[15]. Whedon explique qu'il a pensé au « lycée comme un film d'horreur. Ainsi la métaphore est devenue le concept central de Buffy et c'est comme ça que je l'ai vendu »[16]. Les éléments surnaturels de la série servent ainsi de métaphore aux angoisses associées à l'adolescence et au début de l'âge adulte[17]. Whedon a alors écrit un pilote non diffusé de 25 minutes[18] qui est montré aux chaînes de télévision. La NBC, ne croyant pas dans le succès d'une série qui serait à la fois comique, horrifique et féministe et dont le personnage principal était une adolescente dotée de super-pouvoirs, décline le concept, ainsi que la Fox, qui accepte de produire la série mais pas de la diffuser[8]. C'est finalement The WB, une chaîne récente désireuse d'attirer un public jeune, qui signe le contrat de diffusion avec Joss Whedon et qui assure la promotion de la série avec des clips sur l'Histoire de la Tueuse[19]. Le premier épisode est diffusé le .

Attribution des rôles

Le rôle-titre a été dévolu à Sarah Michelle Gellar, qui en 1995, à l'âge de 18 ans, avait gagné l'Emmy Award de la meilleure jeune actrice de série dramatique[20]. Elle auditionna à l'origine pour le personnage de Cordelia Chase mais décida ensuite de tenter sa chance pour le rôle de Buffy et le décrocha après plusieurs auditions[21]. Julie Benz, Charisma Carpenter, Elizabeth Anne Allen, Julia Lee et Mercedes McNab auditionnèrent également pour ce rôle mais en obtinrent finalement d'autres.

Anthony Stewart Head avait déjà eu une carrière prolifique, à la fois en tant qu'acteur et chanteur[22] mais était surtout connu aux États-Unis pour une série de publicités pour la marque Nescafé[23] avant d'accepter le rôle de Rupert Giles.

Contrairement aux autres acteurs réguliers de Buffy, Nicholas Brendon n'était pas un acteur expérimenté lorsqu'il a commencé la série. Il avait enchaîné les petits boulots, tels qu'assistant de production ou serveur. Il obtient le rôle d'Alexander Harris après quatre jours d'auditions[24].

En 1996, le rôle de Willow Rosenberg avait été initialement donné à l'actrice Riff Regan lors de l'épisode pilote non diffusé mais Alyson Hannigan auditionna pour le rôle dans la série finale. Elle raconte qu'elle devait jouer la conversation où Willow raconte à Buffy qu'on lui avait volé sa Barbie quand elle était enfant et qu'elle en avait récupéré « la majorité ». Alyson Hannigan a décidé d'en faire un événement heureux et cela lui a permis de définir le personnage[25]. Cette approche inattendue lui a permis de décrocher le rôle.

L'entrée de la Torrance High School.

Tournage

La série a été tournée en grande partie dans un des hangars de la ville de Santa Monica, près de Los Angeles, mais les scènes se passant au lycée de Sunnydale sont tournées à la Torrance High School, dans la ville de Torrance où ont également été filmés les extérieurs de la maison des Summers[26]. Les scènes en extérieur se déroulant à l'université de Sunnydale ont quant à elles été tournées à UCLA alors que les nombreuses scènes se déroulant dans un cimetière ont été filmées dans un cimetière fabriqué de toutes pièces sur un parking des studios de Santa Monica ou dans l'Angelus-Rosedale Cemetery, au sud de Los Angeles[26].

Producteurs délégués

Joss Whedon était crédité en tant que producteur délégué tout au long de la série. Il était également show runner pendant les cinq premières saisons, c'est-à-dire scénariste en chef et responsable de toute la production. Marti Noxon lui a succédé pour les saisons 6 et 7, car Whedon, en plus de s'investir dans l'écriture et la réalisation de Buffy, s'occupait aussi d’Angel, Fray et Firefly.

Fran Rubel Kuzui[27] et son mari Kaz Kuzui[28] ont aussi été crédités en tant que producteurs délégués, mais n'ont pas participé à la série. Leurs droits et les royalties qu'ils touchent sont dus à leur investissement, ainsi que leur travail de production et de réalisation, sur le film Buffy, tueuse de vampires[29].

Scénaristes

Mutant Enemy, une entreprise de production créée par Whedon en 1997, s'occupait de l'écriture des scénarios[30]. Les scénaristes les plus crédités[31] sont Joss Whedon (26 épisodes), Marti Noxon (23 épisodes), Jane Espenson (23 épisodes), David Fury (17 épisodes), Doug Petrie (17 épisodes), David Greenwalt (8 épisodes), Rebecca Rand Kirshner (8 épisodes), Drew Z. Greenberg (6 épisodes), Rob Des Hotel et Dean Batali (5 épisodes en collaboration), Steven S. DeKnight (5 épisodes) et Drew Goddard (5 épisodes)[32].

Jane Espenson a expliqué le processus créatif en œuvre lors de l'écriture d'une saison de Buffy. Joss Whedon écrit d'abord l'arc narratif, puis les scénaristes écrivent les épisodes individuels. Chaque script est annoté par Whedon et ensuite corrigé pour être à nouveau annoté, jusqu'à ce que le produit final soit jugé satisfaisant[33]. Pour écrire un épisode particulier, les scénaristes partent des situations émotionnelles auxquelles Buffy devra faire face et comment cela interagira avec sa lutte contre les forces surnaturelles. Ensuite, l'épisode est découpé en actes et scènes. À partir de cette découpe, le scénariste crédité pour l'épisode écrit la première version du script, qui est relue par Whedon ou Noxon. Une deuxième version est alors écrite et, après une brève réécriture effectuée par le showrunner, la version finale est utilisée pour le tournage[34].

Diffusion et arrêt de la série

Aux États-Unis, la série a été diffusée du au sur le réseau The WB puis UPN[35]. The WB diffusa les cinq premières saisons de la série, qui apporta beaucoup de recettes, notamment publicitaires, à la chaîne, mais un conflit sur la négociation des salaires du casting et de l'équipe conduisit à un non-renouvellement du contrat de diffusion[8], et c'est alors la chaîne UPN qui fit une offre et signa avec Joss Whedon un contrat de deux ans. Cette nouvelle chaîne permit aux scénaristes d'aller plus loin et de porter à l'écran des idées plus osées sans crainte de se faire censurer[8], mais, durant la saison 7, Sarah Michelle Gellar annonça qu'elle ne prolongerait pas son contrat, préférant partir pendant que la série était encore au sommet[36]. Après avoir brièvement envisagé un changement d'actrice principale, Joss Whedon et UPN décidèrent alors d'arrêter la série.

Générique

La musique du générique est composée et interprétée par le groupe Nerf Herder. Le groupe a été choisi par Whedon sur la suggestion d'Alyson Hannigan[5]. Pour Janet Halfyard, dans son essai Music, Gender, and Identity in Buffy the Vampire Slayer and Angel, « le générique commence par le son d'un orgue accompagné par le hurlement d'un loup. L'image est un ciel nocturne étincelant enchevêtré de textes inintelligibles. Il est impossible de ne pas associer cela avec l'époque du film muet, Nosferatu le vampire et les conventions des films d'horreur en général et de ceux de Hammer Film Productions[41] ». Puis le thème change :

« l'orgue est supplantée par un son agressif de guitare électrique, replaçant ainsi [la série] dans la culture de la jeunesse actuelle »[41]. Le générique est ainsi une déviation post-moderne de l'horreur[41].

Deux épisodes ont eu un générique spécial : Que le spectacle commence, dont le générique respecte les codes des comédies musicales, et Superstar où de nombreuses séquences avec le personnage Jonathan Levinson sont intégrées, comme s'il était le personnage principal de la série.

Musique

La bande-son de la série est composée d'un mélange de musique indépendante, rock et pop. Les compositeurs mettent environ une semaine à enregistrer entre 14 et 30 minutes de musique pour chaque épisode[42]. Christophe Beck a affirmé que l'équipe utilisait des ordinateurs et des synthétiseurs et ne pouvaient enregistrer qu'un ou deux « vrais » morceaux. Malgré cela, leur but était de produire une orchestration dynamique qui répondrait aux standards de la musique de films[42].

Au fur et à mesure de la progression de la série, de plus en plus d'épisodes contiennent de la musique rock indépendante, généralement jouée quand les personnages se rendent au Bronze. John King, le responsable de la musique, explique qu'ils « aimaient inviter des groupes peu connus, dont la venue dans ce lieu soit crédible »[42]. Par exemple, le groupe fictif des Dingoes Ate My Baby était joué par les Four Star Mary[43]. Bien que rarement mis en avant, des artistes célèbres, tels que Sarah McLachlan[44],[45], Blink-182[46], Third Eye Blind[47] et The Dandy Warhols[48], ont pu être entendus dans la série, et certains, comme Aimee Mann[49],[50], Angie Hart[51], Cibo Matto[52], Michelle Branch[53] et K's Choice[54], sont même apparus à l'écran jouant sur la scène du Bronze.

La popularité de la musique dans la série a permis la sortie de plusieurs albums : Buffy The Vampire Slayer : The Album[55], Radio Sunnydale[56], la bande originale de Que le spectacle commence[57],[58],[59], Buffy the Vampire Slayer: The Score, qui contient une sélection d'épisodes mis en musique par Christophe Beck, et Buffy the Vampire Slayer Collection, coffret de 4 cd paru en 2018, limité à 3 000 exemplaires, et regroupant une large sélection des musiques originales des saisons 2 à 7.

Format

L'histoire de Buffy est racontée sous forme de feuilleton télévisé ; chaque épisode raconte une histoire originale tout en contribuant à l'avancement d'un arc narratif plus grand[17]. L'arc est découpé en saisons, marquées par la montée en puissance puis la défaite d'un puissant antagoniste. La série mélange plusieurs genres : horreur, action, fantasy urbaine, drame, comédie romantique, mélodrame, farce, screwball comedy et même comédie musicale. Si les deux premières saisons marquent un clivage entre les épisodes indépendants et les épisodes liés à l'intrigue générale de la saison, à partir de la saison 3, la série devient de plus en plus feuilletonnante.

La narration est centrée sur Buffy et son groupe d'amis, surnommés collectivement le Scooby-gang, qui tentent de concilier leur lutte contre les forces du mal avec leurs vies sociales compliquées[17],[60]. Chaque saison met en place un arc narratif complexe, dominé par une menace qui se dévoile progressivement. Ce dispositif laisse aussi de la place à des épisodes typiques présentant un méchant vaincu à la fin de l'épisode[60].

Chaque saison, à l'exception de la quatrième, se termine par « un épisode d'apothéose mettant en scène le combat ultime[60] » contre la menace, combat souvent douloureux. Cela fait de Buffy une épopée, qui se démarque cependant du genre par un grand souci d'authenticité et de réalisme psychologique[60].

Chaque saison, à l'exception de la sixième, se termine sur une fin ouverte, et non pas un cliffhanger, ceci afin de ne pas frustrer les téléspectateurs en cas de non-renouvellement de la série, et leur offrir une fin. La série ayant été renouvelée de façon certaine à la fin de la saison 6, l'équipe de production se permit toutefois à cette occasion une entorse à la règle.

Lors des premières saisons, les principaux adversaires de Buffy et de ses amis sont des vampires mais, au fur et à mesure de l'avancement de la série, les antagonistes sont de plus en plus diversifiés[réf. nécessaire]. Les enquêtes de détective, les combats (à mains nues ou à l'arme blanche) et l'utilisation de la magie sont des éléments récurrents des épisodes de la série.

Inspiration

Durant la première saison de la série, le créateur Joss Whedon l'a décrit comme étant « une rencontre entre Angela, 15 ans et X-Files »[61], soit un mélange des angoisses de l'adolescence et de surnaturel. Il a également cité le film La Nuit de la comète comme une influence majeure[62] et reconnu que le personnage de Kitty Pryde avait influencé celui de Buffy[63]. De manière générale, il a toujours voulu se servir du cliché des films d'épouvante, où la jeune fille blonde se fait assassiner par une créature, afin de l'inverser, pour que ce soit la jeune fille blonde qui règle son compte au monstre[9]. La série parodie de nombreux éléments utilisés dans les films et les romans d'horreur et les clins d'œil au folklore et à la mythologie propres à ce cinéma et à cette littérature y sont fréquents[64].

Épisodes

La première saison compte douze épisodes, alors que les saisons 2 à 7 en comptent vingt-deux chacune. La série comporte donc au total 144 épisodes d'une durée d'environ 40 minutes (excepté l'épisode Que le spectacle commence qui dure presque 50 minutes).

Thèmes et analyses

Un parcours initiatique

Enfants, adolescents, adultes

Les interprètes de Willow et Tara, Alyson Hannigan et Amber Benson, en octobre 2004.

Buffy contre les vampires peut être lu comme la métaphore du passage de l'adolescence à l'âge adulte et des conflits qu'il suscite. Le romancier et essayiste Martin Winckler, auteur de nombreuses analyses sur les séries télévisées, présente Buffy comme « l'épopée d'un groupe d'adolescents face aux démons de la vie »[65].

Joss Whedon a expliqué qu'un des thèmes majeurs de sa série était l'incompréhension des adultes à l'égard des adolescents. Il s'appuie notamment sur un passage de l'épisode Bienvenue à Sunnydale 2/2, où Joyce, la mère de Buffy interdit à sa fille de sortir le soir, pensant que l'adolescente veut s'amuser. L'adulte, persuadée d'incarner la raison et la responsabilité, prétend savoir ce que pense Buffy : « Si tu ne sors pas, ce sera la fin du monde ». Selon Whedon, cette phrase est prononcée par Joyce sur un mode ironique, mais il s'avère que c'est ce que pensent réellement les adolescents[5]. Pour lui, ce dialogue « symbolise le message de la série, à savoir qu'il est difficile d'être un adolescent » incompris des adultes. Toujours selon Whedon, la fin de la scène, où Buffy cherche son matériel de Tueuse, caché dans le fond secret d'un coffre, sous ses affaires et jouets d'enfance, est une « métaphore visuelle » de ce qu'on ressent quand on est jeune[5].

La métaphore est un moyen souvent utilisé dans la série pour évoquer les divers problèmes que peuvent rencontrer les adolescents ou les jeunes adultes. Dans la série, ces problèmes prennent l'apparence du surnaturel : une mère trop possessive qui veut régenter la vie de sa fille (Sortilèges), un beau-père dont l'apparence débonnaire cache en réalité un monstre sans cœur (Le Fiancé), une jeune lesbienne craignant d'être rejetée à cause de son orientation sexuelle (Les Liens du sang), un petit ami qui devient une tout autre personne après la première relation sexuelle (Innocence), la drogue (Dépendance)[17]. Pour Robert Bianco, journaliste à USA Today, les monstres de la série sont la métaphore des problèmes que chaque être humain rencontre dans la vie, ces problèmes prennent à nos yeux une apparence monstrueuse et nous voyons ceux qui en sont la cause comme des monstres[66].

Responsabilités et engagement

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

Dans l'imaginaire américain, le vampire est souvent une représentation des minorités ethniques, de l'Autre, mais pour Rhonda Wilcox, spécialiste universitaire de la série, Buffy nous démontre que l'Autre c'est nous-mêmes, l'héroïne de la série étant par ailleurs la première à entretenir des relations amoureuses avec des vampires malgré son rôle de Tueuse[67].

La série démontre aussi comment la présence de l'Autre peut être essentielle dans la vie. Jusqu'à présent, les Tueuses étaient toujours solitaires et n'avaient que des relations professionnelles avec leurs Observateurs. Cela les menait souvent à une mort prématurée. Buffy a des amis, une famille, un Observateur avec qui elle entretient une relation père/fille, des petits amis. Des gens qui souvent lui apportent l'aide physique ou intellectuelle qui pourrait lui manquer pour vaincre. Son entourage est aussi une raison perpétuelle de lutter sans baisser les bras, elle ne se bat pas que pour sauver des inconnus, elle se bat aussi pour permettre à des gens qu'elle aime, qu'elle connaît, de continuer à vivre dans un monde qu'elle voudrait plus paisible. Ses amis sont sa raison de se battre, de survivre.

Comme parfait contre-exemple de cela, il y a les personnages de Kendra et Faith, autres Tueuses apparues dans la série, qui constituent des sortes de miroirs mettant en avant à quel point Buffy est une Tueuse s'éloignant de la figure traditionnelle de ces personnages. Kendra et Faith accentuent la spécificité, le côté unique de Buffy, en forçant le trait sous deux aspects différents, à travers deux figures opposées : si Kendra représente une Tueuse soumise à une autorité et des règles très strictes, au point même, peut-être d'étouffer sa personnalité, Faith représente le rejet de toute forme d'autorité et de toute règle, soit une Tueuse ingérable et incontrôlable, faisant peu de cas de l'autorité ou des ordres des Observateurs. Elles représentent ce que Buffy aurait pu être sans son entourage. Cela prouve donc que finalement, la solitude rituelle qui caractérise les tueuses depuis la nuit des temps peut se révéler être leur plus grande faiblesse.

Mythes californiens

Boy Tonkin, dans le chapitre « Entropy as demon » de Reading the Vampire Slayer, souligne le parallèle entre le sous-sol californien, théâtre de la subduction de la plaque pacifique sous la plaque nord-américaine et la plaque Juan de Fuca, et la Bouche de l'Enfer située sous la bibliothèque du lycée, portail entre les mondes humain et démoniaque[74]. De même, il note le lien entre la Moisson évoquée dans l'épisode du même nom, censée se produire « une fois par siècle » et les inondations majeures en Californie, qui se produisent elles aussi tous les cent ans[75]. Enfin, Tonkin remarque le rapport entre les attaques d'ours, cougars et meutes de coyotes et les attaques de loup-garous ainsi que la meute dévorant le principal Flutie dans l'épisode Les Hyènes de la série[76].

DVD et produits dérivés

Buffy contre les vampires a été commercialisée en DVD et a donné naissance à une large gamme de produits, officiels ou non, et notamment une série dérivée, des romans, des comics et des jeux vidéo. Le succès de la série a entraîné la création du terme Buffyverse pour désigner l'univers fictif dans lequel les histoires relatives à Buffy prennent place[77].

DVD

SaisonDate de sortieContenu
Zone 1Zone 2
1Voir Saison 1 de Buffy contre les vampires
2Voir Saison 2 de Buffy contre les vampires
3Voir Saison 3 de Buffy contre les vampires
4Voir Saison 4 de Buffy contre les vampires
5Voir Saison 5 de Buffy contre les vampires
6Voir Saison 6 de Buffy contre les vampires
7Voir Saison 7 de Buffy contre les vampires
IntégraleReprend l'intégralité des sept saisons dans un coffret

Série dérivée et projets abandonnés

Article détaillé : Angel (série télévisée).

Après la saison 3 de Buffy contre les vampires, les personnages d'Angel, Cordelia et Wesley quittent Sunnydale pour Los Angeles. La série Angel, créée par Joss Whedon et David Greenwalt, raconte leur histoire. Lors de la cinquième et dernière saison de cette série, les personnages de Spike et Harmony rejoignent également le générique et plusieurs des personnages principaux de la série Buffy font de brèves apparitions dans Angel, notamment Buffy elle-même, Willow, Faith, Oz et Andrew. De son côté, le personnage d'Angel continue lui aussi à apparaître occasionnellement dans Buffy.

L'équipe autour de Joss Whedon, à la fête de fin de la série, le 18 avril 2003.

Pour pallier la fin de la série principale, plusieurs productions furent envisagées pour poursuivre l'exploitation du Buffyverse, l'univers établi dans la série télévisée. On envisagea par exemple un téléfilm sur le personnage de Spike, l'un des personnages les plus populaires de la série[78]. On pensa également à lancer une série ou un téléfilm focalisé sur le personnage de Rupert Giles, qui se serait appelé Ripper (soit le surnom de Giles utilisé dans ses jeunes années, et qui fait référence au côté sombre du personnage)[79]. Enfin, on envisagea de lancer éventuellement un spin-off autour du personnage de Dawn, projet écarté faute à un personnage peu apprécié des fans, ou un spin-off autour du personnage de Faith. Mais dans ce cas précis, c'est l'actrice Eliza Dushku elle-même qui refusa cette idée, préférant se lancer dans d'autres séries et d'autres rôles[80]. Aucun de ces projets, quel que soit leur état d'avancement, n'aboutit sur quelque chose de concret et furent abandonnés les uns après les autres. Joss Whedon, interrogé à ce sujet lors d'un panel au Comic-Con de San Diego en 2011, a indiqué ne plus vouloir y faire référence ou en parler.

Le 21 juillet 2018, Fox 21 Television Studios annonce qu'un reboot de Buffy contre les vampires est en développement. La nouvelle tueuse de vampires sera interprétée par une actrice afro-américaine[81].

Comics

Parmi les comics de Buffy contre les vampires, certains sont des réécritures des épisodes de la série ; d'autres approfondissent l'histoire de personnages ; enfin, Buffy contre les vampires, Saison huit et les quatre saisons suivantes sont dans la continuité de la série télévisée, tout comme Angel: After the Fall est dans la continuité d’Angel. Toujours dans cette même continuité, Willow, Spike et Faith sont également mis à l'honneur dans Willow : Wonderland, Spike : Un sombre refuge et Angel & Faith.

Le comic Fray présente les aventures d'une Tueuse du futur. Ce comics exploite le même univers fictionnel dans un contexte futuriste, et une des armes apparues dans cette série, la Faux, réapparaît dans la saison 7 de Buffy.

Chez Dark Horse Comics (1998-2018)

En continuité avec la série

Chez BOOM! Studios (dès 2019)

Reboot Comics

  • dès 2019 : Buffy contre les vampires Reboot

Romans

Parmi les romans et nouvelles de Buffy contre les vampires, on peut noter des novellisations d'épisodes ainsi que des histoires écrites par des personnes non membres de l'équipe de création de la série. Ces histoires ne sont généralement pas considérées comme canoniques et sont supposées se passer dans un monde alternatif, sur le principe des fanfictions.

Projet particulier

En octobre 2007, la femme de lettres Chloé Delaume publie La nuit je suis Buffy Summers, expérimentation littéraire et tentative de livre-jeu créé à partir de l'univers de la série Buffy contre les vampires.

Jeux vidéo

Six jeux vidéo reprennent l'univers de Buffy contre les vampires. Bien que la plupart des acteurs leur aient prêté leurs voix, ces jeux ne sont pas considérés comme faisant partie du canon.

Jeux de rôle

Un jeu de rôle basé sur la série est sorti en 2002. C'est à cette occasion que Joss Whedon a révélé le nom de famille de Faith, Lehane.

Jeu de société

  • Buffy the Vampire Slayer - The Game est un jeu de plateau édité par Hasbro et MB en 2000.
  • Buffy contre les vampires - Menace sur Sunnydale est jeu de plateau édité par Tilsit en 2001.
  • Buffy the Vampire Slayer - Chess Set est un jeu d’échecs édité par Trademark Toys Ltd en 2001.
  • Buffy contre les vampires - Action Quizz est un jeu de plateau édité par Tilsit en 2003.
  • Top Trumps - Buffy the Vampire Slayer est un jeu de cartes édité par Winning Moves en 2003.
  • Buffy the Vampire Slayer - The Board Game est un jeu de plateau édité par Jasco Games en 2016.
  • Legendary - Buffy the Vampire Slayer est un jeu de plateau édité par Upper Deck en 2017.
  • Buffy the Vampire Slayer - The Board Game: Friends & Frenemies est une extension pour le jeu de plateau éditée par Jasco Games en 2018.

Jeux de cartes à collectionner

Le jeu de cartes à jouer Buffy contre les vampires est sorti en 2001. En janvier 2004, Score Entertainment a annoncé qu'il ne possédait plus les droits d'exploitation et donc qu'aucune extension ne verrait le jour.

Accueil

Audiences

SaisonsNombre

d'épisodes

Jour et heure

de diffusion

Drapeau des États-Unis Diffusion originale sur The WB & UPNAnnéeAudience (en millions)
Drapeau des États-Unis États-UnisDrapeau de la France France
Début de saisonFin de saisonMoyenne

(rediffusions incluses)

Moyenne
112Lundi à 21 h

(Sur le réseau The WB)

10 mars 199702 juin 199719973,7[82]
222Lundi à 21 h
(jusqu'au 19 janvier 1998)

Mardi à 20 h
(à partir du 20 janvier 1998)

15 septembre 199719 mai 19981997-19985,2[82]
322Mardi à 20 h29 septembre 199819 juillet 19991998-19995,3[83]
422Mardi à 20 h05 octobre 199923 mai 20001999-20005,1[82]
522Mardi à 20 h26 septembre 200022 mai 20012000-20014,6

(5,2 sans rediffusions)[84]

622Mardi à 20 h

(Sur le réseau UPN)

2 octobre 200121 mai 20022001-20024,3

(5,4 sans rediffusions)[85]

722Mardi à 20 h24 septembre 200220 mai 20032002-20033,9

(4,4 sans rediffusions)[86]

Récompenses

La série a gagné de nombreuses récompenses, notamment les Saturn Awards[87] de la meilleure série télévisée en 1998, 2001 et 2002 et de la meilleure actrice de télévision pour Sarah Michelle Gellar en 1999, l'Emmy Award[2] de la meilleure musique originale en 1998 pour les compositions de Christophe Beck, et les SFX Awards de la meilleure série télévisée en 2004 et des meilleurs acteur et actrice de télévision pour les interprétations de James Marsters et Sarah Michelle Gellar en 2002 et 2004.

Impact

Anthony Stewart Head et Nicholas Brendon lors de la convention de fans SlayerCon à Oakland en 2004.

Monde universitaire

Article détaillé : Études sur Buffy.

Buffy a attiré l'intérêt de spécialistes universitaires de la culture populaire dans le cadre de leurs études sur ce sujet et la série a été incluse comme sujet d'étude littéraire et d'analyse[88]. La National Public Radio a décrit Buffy comme étant « tout spécialement suivie dans les milieux académiques, certains d'entre eux ayant revendiqué le fait de se consacrer à ce qu'ils appellent les Buffy Studies. »[89] Bien que n'étant pas pleinement reconnue comme une discipline distincte, le terme de Buffy Studies est communément utilisé parmi les spécialistes universitaires de travaux sur la série[90].

Mais ces études ont également leurs détracteurs comme l'a noté Jes Battis, auteur de travaux sur la série, remarquant que les études sur Buffy rencontrent « un certain dédain à l'intérieur des halls universitaires »[91]. En dépit de cela, la série a entraîné la publication d'une vingtaine de livres et de centaines d'articles étudiant ses thèmes à travers différentes perspectives, et notamment la sociologie, le langage, la psychologie, la philosophie et les études sur le féminisme[92]. En 2012, le webzine Slate a estimé que Buffy était la série télévisée qui avait engendré le plus d'études académiques à son sujet[93].

Fandom

La popularité de Buffy a conduit à la création de nombreux sites web de fans, de forums de discussions sur la série, de nombreuses fanfictions et même de conventions organisées par des fans et dans lesquelles sont invités des membres du casting et de l'équipe. Pendant toute sa diffusion, la série a été la plus populaire des chaînes The WB et UPN avec une audience constituée en majorité d'adolescents et de 20-29 ans mais incluant également un pourcentage non négligeable de téléspectateurs de 30 ans et plus[94].

La popularité de la série a donné naissance à toute une industrie de produits dérivés, à la création d'objets à l'effigie de la série et à un magazine spécialisé. L'activité sur les sites web consacrés à la série a été intense sur toute la période de sa diffusion, la série étant par exemple celle ayant généré le plus de trafic Internet et de buzz en 1999, et perdure encore plusieurs années après son arrêt[94].

Culture populaire

La série se réfère à de nombreux éléments propres au cinéma et à la littérature d'horreur mais fait aussi de nombreux emprunts aux contes de fées et à la science-fiction. Les dialogues entre les personnages comportent souvent des clins d'œil à la culture populaire, la plupart du temps sur un mode humoristique. La culture geek forme même le cœur des dialogues du Trio[95].

La série est par ailleurs créditée pour avoir créé son propre argot, le Slayer Slang, constitué de mot-valises dont une partie fait parfois référence à un élément de la culture populaire[95]. La plupart du temps, le Slayer Slang est toutefois un simple mélange ou une association entre deux mots pour en créer un troisième, voire une expression créée de toutes pièces[96].

À la suite de son succès, la série est à son tour devenue le sujet de parodies et de clins d'œil, notamment dans des émissions télévisées et d'autres séries télévisées, mais aussi dans quelques films, jeux vidéo ou comics[97]. Elle est par exemple parodiée dans un épisode de la série Le Loup-garou du campus intitulé Muffy contre les loups-garous (Muffy the Werewolf Slayer).

Télévision

Buffy a marqué la télévision par sa mythologie complexe et le travail d'écriture fourni par l'équipe de scénaristes au niveau des arcs narratifs[98]. Elle est ainsi devenue une référence culturelle et d'autres séries citent le nom de la Tueuse de Vampire, notamment Farscape et True Blood. Les créateurs des séries Dead Like Me et Doctor Who ont, entre autres, reconnu l'influence de Buffy sur leur travail. Ainsi, Bryan Fuller, créateur de Dead Like Me, a dit que « Buffy a démontré que de jeunes femmes pouvaient être dans des situations à la fois fantastiques et réalistes, et au lieu de cantonner les femmes au rôle de faire-valoir, la série les a placées au centre de l'action. »[99] Russell T Davies, producteur de Doctor Who, a quant à lui affirmé que « Buffy a prouvé au monde entier, et à l'ensemble de la profession, qu'écrire sur des monstres, des démons et la fin du monde n'était pas un travail d'écrivaillon, que cela pouvait égaler ce qui se faisait de mieux. Joss Whedon a élevé la barre pour chaque scénariste, non seulement les scénaristes de genre mais chacun d'entre nous »[100]. Buffy a également « substantiellement influencé » la série Supernatural[101], ainsi que les séries Roswell, Smallville et Charmed[102].

Pour Matt Roush, du magazine TV Guide, la série a élargi le champ narratif habituel grâce à sa mythologie très dense qui oblige le téléspectateur à s'y plonger entièrement pour pouvoir la saisir dans son ensemble, et a en cela inspiré des séries telles que Alias et 24 heures chrono[66]. Et Stephanie Zacharek, du Village Voice, compare la série aux pièces de Shakespeare pour sa « profondeur émotionnelle » et estime qu'elle a été le « signe annonciateur de l'âge d'or des séries télévisées »[103].

Le magazine Empire place la série en 2e position de son classement des 50 meilleures séries télévisées de tous les temps[104] alors que le magazine Entertainment Weekly la place en 8e position de son classement des 100 meilleures séries télévisées de tous les temps établi en 2013[105]. La série est également présente dans la liste des 50 meilleures émissions télévisées de tous les temps du magazine TV Guide[106] ainsi que dans celle des 100 meilleures émissions télévisées de tous les temps du Time Magazine[107].

D'autre part, de nombreux scénaristes de Buffy ont par la suite travaillé sur d'autres séries télévisées. David Fury a ainsi participé à Lost et 24 heures chrono, Steven S. DeKnight a participé à Smallville et Daredevil et a créé Spartacus, Jane Espenson a participé à Battlestar Galactica et à Once Upon a Time, Drew Goddard à Alias et Lost, Doug Petrie aux Experts et à Daredevil, et Marti Noxon à Grey's Anatomy et à Mad Men.

Notes et références

Notes

Références

  1. (en) Matthew Wahoske, « Nielsen Ratings for Buffy the Vampire Slayer, Angel, and Firefly », Insightbb.com (consulté le 17 mai 2010)
  2. a et b (en) « Primetime Emmy® Award Database », emmys.com
  3. (en) Brian Dillard, « Buffy the Vampire Slayer TV Series », Allmovie « wildly influential cult hit »
  4. (en) Richard Harrington, « Joss Whedon's New Frontier », The Washington Post, « One of the best, most influential, genre-defining television series in decades ».
  5. a b c et d Intégrale de la saison 1 de Buffy contre les vampires en DVD, disque 1, commentaire audio par Joss Whedon de l'épisode Bienvenue à Sunnydale.
  6. Épisode Rouge passion, 19e épisode de la sixième saison de la série Buffy contre les vampires. Diffusé pour la première fois le mai 2002 sur la chaîne UPN. Autres crédits : Steven S. DeKnight (scénariste), Michael Gershman (réalisateur).
  7. Intégrale de la saison 4 de Buffy contre les vampires en DVD, disque 5, commentaire audio de l'épisode Superstar par Jane Espenson.
  8. a b c et d Intégrale de la saison 6 de Buffy contre les vampires, disque 6, documentaire "Buffy: Television with Bite".
  9. a b et c (en) Anne Billson, « Buffy the Vampire Slayer (BFI TV Classics S.) », British Film Institute,‎ , p. 24–25
  10. (en) Allie Gottlieb, « Buffy's Angels », Metroactive.com (consulté le 7 janvier 2011)
  11. (en) Candace Havens, Joss Whedon: The Genius Behind Buffy, Benbella Books, , p. 51
  12. (en) Candace Havens, Joss Whedon: The Genius Behind Buffy, Benbella Books, , p. 23 « I had written this scary film about an empowered woman, and they turned it into a broad comedy. It was crushing. »
  13. (en) James Brundage, « Buffy the Vampire Slayer film review », Filmcritic.com (consulté le 7 janvier 2011)
  14. « Buffy the Vampire Slayer », Rotten Tomatoes
  15. (en) Christopher Golden et Nancy Holder, Watcher's Guide Vol. 1, Simon & Schuster, , p. 249–250
  16. (en) « Interview with Joss Whedon by SF Said », Shebytches.com (consulté le 7 janvier 2011)
  17. a b c et d (en) Rhonda Wilcox et David Lavery, Fighting the Forces: What's at Stake in Buffy the Vampire Slayer, Rowman & Littlefield, (lire en ligne), « Introduction », xix
  18. (en) Keith Topping, « Slayer », Virgin Publishing,‎ , p. 7
  19. (en) « Buffy, The Vampire Slayer, Forgotten Premiere Trailer », Tvobscurities.com, (consulté le 7 janvier 2011)
  20. (en) Awards pour Sarah Michelle Gellar sur l’Internet Movie Database
  21. (en) Candice Havens, Joss Whedon: The Genius Behind Buffy, Benbella Books, , p. 35–36
  22. « Anthony Head », Internet Movie Database
  23. (en) Christopher Golden et Nancy Holder, Watcher's Guide Vol. 1, Simon & Schuster, , p. 210
  24. (en) Christopher Golden et Nancy Holder, Watcher's Guide Vol. 1, Simon & Schuster, , p. 199
  25. (en) Christopher Golden et Nancy Holder, Watcher's Guide Vol. 1, Simon & Schuster, , p. 202
  26. a et b (en) « TV Locations », seeing-stars.com (consulté le 7 janvier 2011)
  27. (en) Fran Kuzui sur l’Internet Movie Database
  28. (en) Kaz Kuzui sur l’Internet Movie Database
  29. (en) Christopher Golden et Nancy Holder, Watcher's Guide Vol. 1, Simon & Schuster, , p. 246-249
  30. (en) « Mutant Enemy Filmography », Variety
  31. (en) « Buffy Episode Guide », BBC
  32. (en) « List of Buffy Writers, », TV.com
  33. Roz Kaveney 2004, p. 101-117
  34. (en) The Writing Process », Fireflyfans.net (consulté le 7 janvier 2011)
  35. James South 2003, p. 309-313
  36. (en) « Stake Out », Entertainment Weekly, (consulté le 23 octobre 2010)
  37. « Guide d'épisodes Buffy contre les vampires », sur serialtivi.free.fr (consulté le 12 novembre 2013)
  38. Jérémie Dunand, « Buffy débarque en HD sur 6Ter », Allociné (consulté le 2 février 2016)
  39. Louise Cousineau, « Canal Famille est mort, vive le Méchant canal ! », La Presse, vol. 117, La Presse, vol. 117, lire en ligne)
  40. « En bref: Buffy est devenue trop adulte », sur Le Devoir,
  41. a b et c (en) Janet Halfyard, « Love, Death, Curses and Reverses (in F minor): Music, Gender, and Identity in Buffy the Vampire Slayer and Angel », Slayageonline.com (consulté le 7 janvier 2011)
  42. a b et c Intégrale de la saison 4 de Buffy contre les vampires, disque 3, documentaire "Buffy: Inside the Music".
  43. (en) « Four Star Mary Bios », Four Star Mary (consulté en 22 juillet2008)
  44. (en) « BBC Cult Buffy Trivia - Becoming, Part Two », BBC (consulté le 22 juillet 2008)
  45. (en) « BBC Cult Buffy Trivia - Grave », BBC (consulté le 22 juillet 2008)
  46. (en) « BBC Cult Buffy Trivia - Something Blue », BBC (consulté le 22 juillet 2008)
  47. (en) « Faith, Hope, and Trick at BuffyGuide », BuffyGuide (consulté le 22 juillet 2008)
  48. (en) « BBC Cult Buffy Trivia - Triangle », BBC (consulté le 22 juillet 2008)
  49. (en) « Putfile Video of Aimee Mann on Buffy », Putfile (consulté le 22 juillet 2008)
  50. (en) « BBC Cult Buffy Trivia - Sleeper », BBC (consulté le 22 juillet 2008)
  51. (en) « BBC Cult Buffy Trivia - Conversations with Dead People », BBC (consulté le 23 mai 2013)
  52. (en) « Cibo Matto Press Release », Cibo Matto Official Website (consulté le 22 juillet 2008)
  53. (en) « BBC Cult Buffy Trivia - Tabula Rasa », BBC (consulté le 22 juillet 2008)
  54. (en) « Merchandise Music heard on the show », BuffyGuide (consulté le 18 mai 2010)
  55. « 'Buffy the Vampire Slayer: The Album' », Amazon (consulté le 22 juillet 2008)
  56. « 'Radio Sunnydale' Album », Amazon (consulté le 22 juillet 2008)
  57. « 'Once More With Feeling' Album », Amazon (consulté le 22 juillet 2008)
  58. (en) « List of Buffy Albums at Buffy World », BuffyWorld (consulté le 22 juillet 2008)
  59. (en) « Buffy Albums List at BuffyGuide », BuffyGuide (consulté le 22 juillet 2008)
  60. a b c et d Corel, de Froberville, Toulet, p. 20-22
  61. (en) « Joss Whedon: Executive Producer of Angel », Cityofangel.com (consulté le 7 janvier 2011)
  62. (en) « An Interview with Joss Whedon », IGN.com, (consulté le 7 janvier 2011)
  63. (en) « Kitty Pryde influenced Buffy », sur Whedonesque.com, (consulté le 7 janvier 2011)
  64. (en) Geraldine Harris, Beyond Representation: Television Drama and the Politics and Aesthetics of Identity, Oxford University Press, (ISBN 0719074592), p. 150
  65. Martin Winckler, « Les écrans du mépris », Le Monde diplomatique,‎ , p. 32
  66. a b c et d Intégrale de la saison 7 de Buffy contre les vampires, disque 6, documentaire "Buffy 101 : Study the Slayer".
  67. a b et c Doan Bui, « Des vampires à la fac », Le Nouvel Observateur, (consulté le 7 janvier 2011)
  68. James South 2003, p. 190-191
  69. Sandra Laugier, « «Buffy», une étape dans l’histoire du féminisme », sur Libération.fr, (consulté le 13 décembre 2017)
  70. « Buffy contre les vampires (1997 – 2003), partie I : une relative inversion genrée des pouvoirs | Le cinéma est politique », sur www.lecinemaestpolitique.fr (consulté le 17 novembre 2017)
  71. « [Analyse 1/4] Buffy contre les vampires ou l’étoffe des mythes », Culturellement Vôtre,‎ (lire en ligne)
  72. « [Analyse 4/4] Buffy contre les vampires : Prendre place au sein du monde », Culturellement Vôtre,‎ (lire en ligne)
  73. (en) Gregory Stevenson, Televised Morality : The Case of Buffy the Vampire Slayer, Hamilton Books, (ISBN 0-7618-2833-8), p. 252-256
  74. Roz Kaveney 2004, p. 87
  75. Roz Kaveney 2004, p. 88
  76. Roz Kaveney 2004, p. 90
  77. (en) Andy Walton, « Slang-age in the Buffyverse », CNN, (consulté le 7 janvier 2011)
  78. (en) Daniel Saney, « Whedon eyes Willow for Spike movie », sur Digital Spy (consulté le 6 juin 2012)
  79. (en) « Ripper », Buffy the Vampire Slayer Magazine incorporating Angel Magazine, no 80,‎ , p. 19
  80. (en) Sarah Kuhn, « An Interview with Eliza Dushku », sur IGN (consulté le 6 juin 2012)
  81. « Buffy contre les vampires : Un reboot de la série aura bien lieu », sur Programme-television.org (consulté le 21 juillet 2018)
  82. a b et c « Audiences USA », sur audiencesusa.com (consulté le 17 mai 2015)
  83. (en) « Final ratings for the 1998–1999 TV season », sur geocities.com (consulté le 19 mai 2015)
  84. (en) « TV Tango season 5 » (consulté le 19 mai 2015)
  85. (en) « TV Tango season 6 » (consulté le 19 mai 2015)
  86. (en) « TV Tango season 7 » (consulté le 19 mai 2015)'
  87. (en) « Past Saturn Awards Television », Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur (consulté le 7 janvier 2011)
  88. (en) « Scholars lecture on 'Buffy the Vampire Slayer' », Ctv.ca, (consulté le 7 janvier 2011)
  89. (en) Neda Ulaby, « Buffy Studies », National Public Radio, (consulté le 7 janvier 2011)
  90. (en) Rhonda Wilcox et David Lavery, « Slayageonline.com », sur slayageonline.com Le terme est utilisé dans le nom complet de Slayage: Slayage: The Online International Journal of Buffy Studies, et il a été également utilisé dans des essais universitaires relatifs à Buffy.
  91. (en) Jes Battis, Blood Relations: Chosen Families in Buffy the Vampire Slayer and Angel, McFarland & Company, , p. 9
  92. (en) Alysa Hornick, « Whedonology: An Academic Whedon Studies Bibliography », Alysa316.com (consulté le 7 janvier 2011)
  93. (en) « Which Pop Culture Property Do Academics Study the Most? », Slate, (consulté le 20 mars 2015)
  94. a et b (en) Michael Adams, Slayer Slang : A Buffy the Vampire Slayer Lexicon, Oxford University Press, (ISBN 0-19-516033-9), p. 4-11
  95. a et b (en) Emily McAvan, The Postmodern Sacred: Popular Culture Spirituality in the Science Fiction, Fantasy and Urban Fantas Genres, McFarland, (ISBN 0786492821), p. 88-90
  96. (en) Michael Adams, Slayer Slang : A Buffy the Vampire Slayer Lexicon, Oxford University Press, (ISBN 0-19-516033-9), p. 21-46
  97. (en) Buffy the Vampire Slayer Connections sur l’Internet Movie Database
  98. (en) Robert Moore, « What We Owe to Buffy », PopMatters, (consulté le 13 mai 2015)
  99. (en) Rob Salem, « The season to talk to dead people », Whedon.info, (consulté le 7 janvier 2011)
  100. (en) Candace Moore, « John Barrowman Plays Bisexual Time Traveler on New Dr. Who », AfterElton.com, (consulté le 7 janvier 2011)
  101. (en) Stacey Abbott, TV Goes to Hell: An Unofficial Road Map of Supernatural, ECW Press, (ISBN 1770900349), p. XI-XII
  102. Winckler 2005, p. 18
  103. (en) Stephanie Zacharek, « Why Avengers: Age of Ultron Fills This Buffy Fan With Despair », The Village Voice, (consulté le 13 mai 2015)
  104. (en) « The 50 Greatest TV Shows of All Time », sur Empire (consulté le 6 juin 2012)
  105. (en) « TV: 10 All-Time Greatest », Entertainment Weekly, (consulté le 23 septembre 2013)
  106. (en) « TV Guide Names Top 50 Shows », Associated Press/CBS News,
  107. (en) James Poniewozik, « The 100 Best TV Shows of All-TIME », Time.com, (consulté le 4 mars 2010)

Voir aussi

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • (en) Christopher Golden et Nancy Holder, The Watcher's Guide, Volume 1, Simon Spotlight Entertainment, , 304 p. (ISBN 978-0-671-02433-8)
  • (en) Rhonda Wilcox, Fighting The Forces: What's At Stake In Buffy The Vampire Slayer?, Rowman & Littlefield Publishers, , 320 p. (ISBN 0-7425-1681-4)
  • (en) Keith Topping, Slayer: An Expanded and Updated Unofficial and Unauthorized Guide to Buffy the Vampire Slayer, Virgin Publishing, , 488 p. (ISBN 978-0-7535-0631-8)
  • (en) James South, Buffy the Vampire Slayer and Philosophy : Fear and Trembling in Sunnydale, Open Court, , 288 p. (ISBN 978-0-8126-9531-1)
  • (en) Candace Havens, Joss Whedon: The Genius Behind Buffy, Benbella Book, , 170 p. (ISBN 978-1-932100-00-6)
  • (en) Michael Adams, Slayer Slang : A Buffy the Vampire Slayer Lexicon, Oxford University Press, , 320 p. (ISBN 0-19-516033-9)
  • (en) Roz Kaveney, Reading the Vampire Slayer : the new, update, unofficial guide to Buffy and Angel, Tauris Parke Paperbacks, , 288 p. (ISBN 978-1-86064-984-4)
  • (en) Lorna Jowett, Sex and the Slayer: A Gender Studies Primer for the Buffy Fan, Wesleyan, , 254 p. (ISBN 978-0-8195-6758-1)
  • (en) Jes Battis, Blood Relations : Chosen Families in Buffy the Vampire Slayer and Angel, McFarland & Company, , 200 p. (ISBN 0-7864-2172-X)
  • (en) Rhonda Wilcox, Why Buffy Matters : The Art of Buffy the Vampire Slayer, I. B. Tauris, , 256 p. (ISBN 978-1-84511-029-1)
  • (en) Anne Bilson, Buffy the Vampire Slayer, British Film Institute, , 154 p. (ISBN 978-1-84457-089-8)
  • Denys Corel, Antoine de Froberville et Ronan Toulet, « Buffy the Vampire Slayer » et « Comment on dénature les séries en France : le sort de Buffy », in Les Miroirs Obscurs : Grandes séries américaines d'aujourd'hui, coll., Martin Winckler (dir), Au Diable Vauvert, 2005, p. 17–33 et p. 427–433, (ISBN 978-2-84626-081-7)
  • Isabelle Casta, Les Nouvelles Mythologies de la Mort, Honoré Champion, Collection « Bibliothèque de littérature générale et comparée », Paris, 2007, (ISBN 978-2-7453-1495-6), 240 p.