Bretèche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bretèche (homonymie).
Bretèche sur corbeaux en quart-de-rond à ressauts de la façade nord de l'église fortifiée d'Archon
Bretèches d'angle et de façade de la citadelle de Damas, aux corbeaux moulurés de trois quart de rond en retrait

Une bretèche, orthographiée aussi bretêche et appelée en ancien français bretesse ou bretesche (du bas latin brittisca « [fortification] brittanique »[1], puis « parapet » au Xe siècle), est un petit avant-corps rectangulaire ou à pans coupés, plaqué en encorbellement sur un mur fortifié au Moyen Âge (mur de château fort, forteresse, ville, ferme, manoir ou église fortifiés), défendant par un flanquement vertical[2] la base de la muraille (bretèche de façade ou bretèche de chemin de ronde), une ouverture dans ce mur (porte, poterne) ou un angle (bretèche d'angle).

Les bretèches deviennent fréquentes au XIIIe siècle sauf aux angles où elles sont plutôt garnies de tours en bonne et due forme ou d'échauguettes, sorte de bretèches d'angle qui prennent la forme d'une loge de volume plus important, carrée ou cylindrique (guérite ou tourelle cylindrique), contenant une petite pièce[3]. Les bretèches de façade sont également peu fréquentes, constituant un pis aller destiné à remplacer les mâchicoulis, voire les pallier lorsqu'ils manquaient[4].

Avec le déclin des éléments défensifs de l'architecture militaire au Moyen Âge au XVe siècle, la bretèche prend une fonction décorative (fausse bretèche).

Cette menue guérite généralement de forme parallélépipédique en encorbellement sur une enceinte militaire (muraille, courtine, etc.) ou, plus souvent, au-dessus du portail principal. De très longue date, ce type d'ouvrage à titre défensif est pourvu d'un plancher ajouré qui protège le pied du mur et conjure l'approche ennemie au premier plan, par jets de projectiles aussi insolites soient-ils, à l'image de l'eau chaude. En bois ab ovo et bien que très en proie aux flammes ennemies, les premières ébauches n'étaient, paraît-il, qu'une simple potence, charpente sommaire équarrée où le soldat pouvait d'ailleurs se tenir à cheval les projectiles à pleines maines et parées au lancement. En l'occurrence, ce n'est que plus tard que les bretèches en bois, y compris le hourd, sorte de galerie, sont remplacées par celles en pierres, véritable passage couvert, contournant désormais la forteresse en entier et, le plus important, à l'épreuve des flammes

Évolution historique

Élément à fonction défensive

Jets de projectiles par les défenseurs de la fortification

D'abord ouvrage en charpente de bois au XIe siècle apparu dans les fortifications byzantines puis arabes à la fin du Xe siècle puis dans les châteaux des Croisés en Terre Sainte[5], la bretèche est construite sur des corbeaux ou des consoles, supports en bois puis en pierre ; l'ouvrage est par la suite construit dans son entier en pierre pour se prémunir des flèches enflammées (bretèche à hourd puis bretèche à mâchicoulis) : le mâchicoulis continu peut être vu comme la transposition des bretèches discontinues qui ceinturent toute la muraille.

La bretèche, devenue un dispositif prépondérant en matière de flanquement à partir du e siècle, s'ouvre sur la partie inférieure par des jours (ouvertures carrées ou larges rainures) permettant l'utilisation de merlon à couvert pour le tir fichant ou le jet de quartiers de roches, boulets de pierre, pièces de bois, matières brûlantes (sable chauffé à blanc, chaux vive liquide, soufre et salpêtre)[6]. Les topos hérités de l'historiographie du e siècle et repris dans les films de guerre se déroulant au Moyen Âge évoquent des jets de poix fondue (résine de pins et de sapins), d'eau bouillante, de saumure bouillante ou d'huile bouillante mais ces ressources étaient trop rares ou précieuses pour être gaspillées[7]. Les temps de chauffe, l'absence de cheminée sur les courtines en général et la présence fréquente d'un talus à la base des murailles ne plaident pas pour un tel usage.

Généralement garnie latéralement et sur le front de créneaux et merlons pouvant être couverts par un volet en bois pivotant sur un montant à tourillon, la bretèche est le plus souvent construite sur un parement vertical permettant à un homme de se tenir au revers. Son couvrement est réalisé par une dalle de pierre en pente ou, lorsque son épaisseur est importante, par un toit en appentis ou à pans[8]. Elle est le plus souvent placée sur les courtines intérieures (elle permet alors de contrôler les courtines extérieures) ou au-dessus de l'accès d'un château-fort, munie d'archères ou de meurtrières, ces derniers permettant de défendre la porte située en dessous par un tir plongeant. On disait, dès le XIe siècle, « bretescher » pour fortifier, garnir de créneaux de bois, ou de hourds.

Une bretèche peut être parfois confondue avec des latrines, mais ces dernières, sans usage défensif, sont en encorbellement sur un mur, dépourvues d'ouverture et sont plus étroites : elles reposent généralement sur deux corbeaux au lieu de trois ou quatre pour une bretèche. Néanmoins, il arrive que la bretèche serve aussi de latrines[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres fonctions

Avec la disparition de cette logette comme élément de défense au e siècle, le terme subsiste dans les toponymes (exemple : Saint-Nom-la-Bretèche) et anthroponymes (exemple : Bretécher) puis a pris un sens :

  • architectural : balcon ajouré en saillie sur la façade d'une mairie, d'où l'officier municipal, échevin ou crieur public proclamait les décisions municipales (mariages, actes publics, condamnations), les loggia sans encorbellement des palais italiens étant une transposition de ce type de balcon ; hune fortifiée d'un bateau de guerre.
  • héraldique (bretesse) : rangée de créneaux sur une fasce, bande ou pal, ou sur les côtés d'un blason de plate figure[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

  1. On supposait que ce type de fortification fût importé de/en Grande-Bretagne.
  2. Alain Salamagne, Construire au Moyen âge : les chantiers de fortification de Douai, Presses Universitaires du Septentrion, , 319 p. (lire en ligne), p. 27.
  3. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, t. 2, Picard, , p. 325.
  4. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, t. 2, Picard, , p. 326.
  5. Paul Deschamps, Les Châteaux des Croisés en Terre Sainte, tome I, Le Crac des Chevaliers, Paris, 1934, p. 262-268.
  6. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, t. 2, Picard, , p. 318.
  7. Jean Mesqui, Châteaux forts et fortifications en France, Flammarion, , p. 13.
  8. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, t. 2, Picard, , p. 323.
  9. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, t. 2, Picard, , p. 324.
  10. Bretèche : définition et étymologie

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Philippe Durand, Petit glossaire du château au moyen âge. Initiation au vocabulaire de la castellologie, Confluences, , 63 p.

Articles connexes