Association francophone des utilisateurs de logiciels libres

AFUL
Logo de l’association
Cadre
Forme juridiqueAssociation loi de 1901
ButFaire émerger un monde numérique, ouvert et loyal
Zone d’influenceFrancophonie
Fondation
FondationAvril 1998
FondateurStéfane Fermigier, Bernard Lang, Jean-Pierre Laisné, Nat Makarevitch et Thierry Stœhr
Identité
SiègeParis, France
Personnages clésRoberto Di Cosmo, Stéfane Fermigier, Bernard Lang, Jean-Paul Smets, Thierry Stœhr
PrésidentLaurent Séguin
Vice-présidentJean-Yves Jeannas
SecrétaireVéronique Fritière
TrésorierGilles Polart-Donat
Financement- Cotisations des membres
- Dons
Slogan« Promouvoir les logiciels libres ainsi que l'utilisation de standards ouverts. »
Site webhttps://aful.org/

L'Association Francophone des Utilisateurs de Logiciels Libres (AFUL) a pour principal objectif de promouvoir, directement ou indirectement, les logiciels libres et notamment les systèmes d'exploitation libres comme GNU/Linux ou les systèmes BSD libres, ainsi que l'usage des standards ouverts. L'AFUL est une association française à but non lucratif de type loi de 1901 qui regroupe des utilisateurs, des professionnels du logiciel libre, des entreprises commerciales ainsi que d'autres associations, installés dans une dizaine de pays ou de régions francophones (France, Belgique, Suisse, Québec, Afrique francophone).

L'AFUL a été fondée en 1998 par Stéfane Fermigier, Bernard Lang, Jean-Pierre Laisné, Nat Makarevitch et Thierry Stœhr. Jusqu'au 31 janvier 2009, date du vote du changement de nom long de l'association en assemblée générale, AFUL signifiait Association Francophone des Utilisateurs de Linux et des Logiciels Libres

Points clés

  • L'AFUL maintient une liste canonique des Groupes d'Utilisateurs de Linux / de logiciels libres (GUL), ou Linux Users' Groups (LUG) en anglais[1][réf. insuffisante].
  • L'AFUL est un acteur clé dans le domaine de l'éducation avec l'accord cadre avec le Ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie[2][réf. insuffisante] (depuis 1998) et avec l'accord-cadre avec l'Agence universitaire de la Francophonie[3][réf. insuffisante] (depuis 1999).
  • L'AFUL est présente au Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique[4] (CSPLA) où son Vice-Président est membre.
  • L'AFUL est l'initiateur en 1999 de la lutte contre les brevets logiciels en Europe et est un membre fondateur de l'Alliance Eurolinux. L'AFUL soutient également les actions de la FFII (Foundation for a Free Information Infrastructure).
  • L'AFUL maintient une liste des modèles économiques liés aux logiciels libres[5][réf. insuffisante]. Ses membres débattent de manière continue en vue d'analyser, d'évaluer et de conseiller dans le domaine économique.
  • Depuis de nombreuses années maintenant les ordinateurs et les appareils électroniques sont vendus avec des logiciels pré-installés. Cela empêche la plupart du temps les consommateurs de choisir les logiciels qu'ils veulent et de ne payer que pour ce dont ils ont besoin. Depuis 1999, l'AFUL est, au niveau mondial, l'un des acteurs les plus avancés dans la lutte à la fois contre les ventes liées de matériels informatiques et de logiciels, et à la fois pour l'obligation d'information envers les consommateurs. L'AFUL finance des actions en justice dans ce sens et a monté en 2006 la pétition « Non aux racketiciels, ces logiciels qu'on nous oblige à acheter » dans le but que chaque utilisateur/consommateur puisse acheter des ordinateurs (PC), et du matériel informatique en général, sans avoir à payer Microsoft Windows ou tout autre logiciel non souhaité. Depuis début 2008, un Guide du Remboursement est à disposition des personnes qui souhaitent se faire rembourser leur système d'exploitation. Un certain nombre de personnes qui n'obtenaient pas du constructeur un remboursement acceptable ont porté l'affaire en justice. Parallèlement, l'AFUL assure un suivi des pratiques des constructeurs[6][réf. insuffisante]. Racketiciel a réussi à faire obtenir gain de cause via un pourvoi en cassation.
  • L'AFUL fournit des financements pour soutenir des actions et des événements comme les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre.
  • L'AFUL intervient régulièrement en conférence à propos de nombreux sujets[7][réf. insuffisante] liés à ses activités.

Membres

  • Laurent Séguin, Président élu en 2011
  • Roberto Di Cosmo, anciennement Maître de Conférences en Informatique à l'École Normale Supérieure de Paris, et aujourd'hui Professeur d'Informatique à l'Université Paris 7 Denis-Diderot, vice-président du comité de pilotage du groupe thématique « logiciel libre » du pôle de compétitivité Systematic Paris-Region
  • Bernard Lang, vice-président, directeur de recherche à l'INRIA, administrateur de la FFII
  • Thierry Stœhr, vice-président, responsable d'édition et rédacteur en chef de Formats-Ouverts.org
  • François Elie, administrateur de l'AFUL, Président de l'ADULLACT
  • Tristan Nitot, président de Mozilla-Europe
  • Hervé Schauer, expert français en sécurité informatique
  • Pierre Jarillon, vice-président de l'ABUL et personnage moteur en matière d'interopérabilité au sein du groupe de travail interop de l'AFUL
  • Véronique Fritière, secrétaire depuis 2014, administratrice de l'AFUL, admin-sys, webmestres et infographie, chargée de communication déléguée aux relations Interlug, également présidente de Linux Azur, membre de la FFII et responsable des bénévoles aux RMLL 2014[8].

Notes et références

Lien externe