Abbas ibn Firnas

Abbas Ibn Firnas
Armen Firman Abbás Ibn Firnás (MUNCYT, Eulogia Merle).jpg
Portrait d'Abbas Ibn Firnas par Eulogia Merle.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
عباس بن فرناسVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Abu al-Qasim Abbas ibn Firnas ibn Wirdas al-Takurini
Époque
Nationalité
Andalouse
Activités
Autres informations
Domaine
Religion

Abou al-Qasim Abbas ibn Firnas ibn Wirdas al-Takurini (810-887), également connu sous le nom d'Abbas ibn Firnas (en arabe : عباس بن فرناس), est un inventeur, médecin, chimiste, ingénieur, musicien et poète d'origine Berbère[1],[2],[3]. La racine de son nom, qui est Afernas, est assez répandue aujourd'hui au Maroc et en Algérie[4]. Il est né à Izn-Rand Onda, en al-Andalus (actuelle Ronda, en Espagne), a vécu dans l'Émirat de Cordoue, et est réputé avoir tenté de voler[5],[6].

Origines

Il est né dans une famille berbère à Ronda[7], dirigée par les Kurra des Banou Ifren[8] sous le règne des Omeyyades. Ses ancêtres ont participé à la conquête de la péninsule Ibérique[2].

Travail

Abbas Ibn Firnas a conçu une horloge à eau appelée al-Maqata, conçu un moyen de fabriquer du verre incolore, inventé diverses planisphères de verre, fabriqué des verres correcteur, conçu une chaîne d'anneaux pouvant simuler les mouvements des planètes et des étoiles, et a mis au point un procédé pour couper le cristal de roche qui a permis à l'Espagne de cesser d'exporter du quartz en Égypte pour être coupé[5],[6].

Aviation

Quelque sept siècles après la mort de Firnas, l'historien marocain Ahmed Mohammed al-Maqqari (mort en 1632) a écrit une description de Firnas qui comprenait ce qui suit :

« Parmi d'autres expériences très curieuses qu'il a faites, l'une est son essai de voler. Il se couvrit de plumes, attacha deux ailes à son corps et, s'élevant, se jeta dans les airs, quand, d'après le témoignage de plusieurs écrivains de confiance qui assistèrent à la représentation, il vola sur une distance considérable, comme s'il avait été un oiseau, mais en atterrissant à l'endroit d'où il avait commencé, son dos était très endommagé, ne sachant pas que les oiseaux atterrissent sur leurs queues, il a oublié de s'en fournir d'une[6]. »

On dit qu'al-Maqqari a utilisé dans ses travaux d'histoire « beaucoup de sources anciennes n'existant plus », mais dans le cas de Firnas, il ne cite pas ses sources pour les détails du fameux vol, bien qu'il réclame qu'un verset dans un poème arabe du ixe siècle est en fait une allusion au vol de Firnas. Le poème a été écrit par Mu'min ibn Said, un poète de la cour de Cordoue sous Muhammad Ier (mort en 886), qui le connaissait, et généralement critique d'Ibn Firnas[6]. Le verset pertinent fait savoir : « Il a volé plus vite que le phénix dans son vol quand il a habillé son corps dans les plumes d'un vautour[9] ». Aucune autre source survivante ne se réfère à l'événement[9].

Il a été suggéré que la tentative de vol plané d'Ibn Firnas aurait pu inspirer la tentative d'Eilmer de Malmesbury entre 1000 et 1010 en Angleterre[10], mais il n'y a aucune preuve justifiant cette hypothèse[6].

Armen Firnas

Armen Firman peut être le nom latinisé d'Abbas Ibn Firnas[11].

Selon certaines sources secondaires, environ 20 ans avant qu'Ibn Firnas ait tenté de voler, il aurait pu être témoin de Firman alors qu'il s'enveloppait dans un manteau avec des entretoises en bois et avait sauté d'une tour à Cordoue, avec l'intention d'utiliser le vêtement comme des ailes sur lequel il pouvait planer. La prétendue tentative de vol a été infructueuse, mais le vêtement a suffisamment ralenti sa chute pour qu'il ne subisse que des blessures mineures[5].

Toutefois, il n'y a aucune référence à Armen Firman dans d'autres sources secondaires, dont traitent de manière exhaustive la tentative de vol d'Ibn Firnas[6],[12],[13]. Armen Firman n'est pas mentionné dans le compte d'al-Maqqari[5].

Comme cette histoire n'a été notée que dans une seule source primaire, al-Maqqari[9], et que le saut de Firman aurait été la source d'inspiration d'Ibn Firnas[5], l'absence de mention de Firman dans le compte d'al-Maqqari peut indiquer que le saut de la tour a plus tard été confondu avec la tentative de planer d'Ibn Firnas, dans les écrits secondaires[5].

Postérité

Le cratère Ibn Firnas sur la Lune est nommé en son honneur, ainsi que l'aéroport international de Bagdad, et l'un des ponts sur le fleuve Guadalquivir, à Cordoue, inauguré en 2011[14]. La Libye a produit un timbre-poste à son effigie.

Références

  1. Bibliotheque de l'ecole des hautes etudes, (lire en ligne), p. 160
  2. a et b « Ibn Firnas ('Abbâs) », par Ahmed Djebbar, Dictionnaire culturel des science, de Collectif, sous la direction de Nicolas Witkowski, Éditions du Regard, 2003 (ISBN 978-2-84105-128-1)
  3. (en) Lynn Townsend White, Jr, Eilmer of Malmesbury, an Eleventh Century Aviator: A Case Study of Technological Innovation, Its Context and Tradition, , p. 97-111 :

    « Ibn Firnas était un polymathe : un médecin, un poète plutôt mauvais, le premier à faire du verre à partir de pierres (quartz), un étudiant en musique, et inventeur d'une sorte de métronome. »

  4. (en) Lévi-Provençal, E., « ʿAbbās b. Firnās », Encyclopaedia of Islam, Second Edition,‎ (ISBN 9789004161214, lire en ligne)
  5. a, b, c, d, e et f Épisode 'Abbas Ibn Firnas, Transcript.
  6. a, b, c, d, e et f (en) Lynn Townsend White, Jr, Eilmer of Malmesbury, an Eleventh Century Aviator: A Case Study of Technological Innovation, Its Context and Tradition, , p. 97-111
  7. Evariste Lévi-Provençal, Histoire de l'Espagne musulmane, vol. 1, Maisonneuve et Larose, , 403 p. (ISBN lire en ligne), p. 274
  8. (en) First Encyclopaedia of Islam: 1913-1936, BRILL, (ISBN lire en ligne), p. 1165
  9. a, b et c (en) Lynn Townsend White, Jr, Eilmer of Malmesbury, an Eleventh Century Aviator: A Case Study of Technological Innovation, Its Context and Tradition, , p. 97-111 :

    « L'historien marocain al-Maqqari, qui est mort en 1632 après J.-C. mais qui utilisa de nombreuses sources anciennes qui n'existaient plus, parle d'un certain Abu'l Qasim 'Abbas b. Firnas, qui a vécu à Cordoue au cours du neuvième siècle. [...] Aucun historien moderne ne peut se contenter d'une source écrite 750 ans après l'événement, et il est étonnant que, si plusieurs témoins oculaires ont enregistré le vol de Firnas, aucune mention d'elle indépendante d'al-Maqqari n'a survécu. Pourtant, al-Maqqari cite un poème contemporain de Mu'min b. Said, un poète mineur à la cour de Cordoue sous Muhammad Ier (mort en 886), qui semble se référer à ce vol et qui a la plus grande valeur probante parce que Mu'min n'aimait pas b. Firnas : il critiquait l'une de ses métaphores et désapprouvait son retentissement artificiel. [...] Bien que la preuve soit mince, nous devons conclure que b. Firnas fut le premier homme à voler avec succès, et qu'il a la priorité sur Eilmer pour cet honneur. Mais il n'est pas nécessaire de supposer qu'Eilmer avait besoin d'un stimulus étranger pour construire ses ailes. L'Angleterre anglo-saxonne à son époque a fourni une atmosphère propice à l'originalité, peut-être en particulier dans la technologie. »

  10. (en) John H. Lienhard, « The flying monk », The Engines of Our Ingenuity, no 3,‎ 1988-1997 (lire en ligne)
  11. (en) « Illustrious Names in the Heavens: Arabic and Islamic Names of the Moon Craters », sur www.muslimheritage.com (consulté le 16 janvier 2018)
  12. Elias Terias, "Sobre el vuelo de Abbas Ibn Firnas", Al-Andalus, Vol. 29, No. 2 (1964), p. 365-369
  13. Lévi-Provençal, E. "ʿAbbās b. Firnās b. Wardūs, Abu 'l-Ḳāsim." Encyclopaedia of Islam, 2e édition, Édité par : P. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel and W.P. Heinrichs, 2009
  14. Pont Abbas Ibn Firnás [1]

Bibliographie

  • Syed Iqbal Zaheer, An Educational Encyclopedia of Islam, Iqra Welfare Trust, 1280 p. (ISBN 9786039000440)

Articles connexes

Liens externes